Le sexe, c’est weird!

Cette semaine, encore le texte d’un homme (on aime ça, exprimez-vous messieurs!), et sur rien de moins que le sexe.

À défaut d’en avoir… on va en lire lol 😉

Yeux chastes s’abstenir!


S’il y a une chose qu’on fait tous, ou qu’on a tous faite au moins une fois dans notre vie, c’est le sexe. On est programmés pour ça. Pas vraiment le choix, il en va de la survie de notre espèce. On est tous vivants parce qu’un jour notre père a rentré son pénis dans le vagin de notre mère. Ben oui.

Heureusement, la nature a bien fait les choses. Puisque le sexe est essentiel, elle s’est arrangée pour que ce soit le fun. Le sexe crée des liens. Ça nous fait oublier les petits problèmes du quotidien. Mais surtout, ça nous fait jouir! Il n’y a pas grand-chose de plus intense dans la vie qu’un orgasme. À part peut-être un but des Canadiens en prolongation dans un 7e match des playoffs.

Sauf que parfois, dans des moments de lucidité extrême, j’en viens à trouver ça weird le sexe. Quand je me mets à trop y penser, à analyser froidement l’acte sexuel, ça me paraît bien étrange. Un peu comme quand on se met à répéter 100 fois le même mot, ça perd tout son sens.

Le sexe est comme une dimension parallèle à notre vie de tous les jours. Ça nous amène à faire des choses qui vont complètement à l’encontre de ce qu’on fait normalement.

Pensez-y. Lors des premières dates, on s’habille avec nos plus beaux vêtements, on cache nos imperfections du mieux qu’on peut, on se parfume. Dans le meilleur des mondes, les hommes sont galants, les filles rient de leurs blagues. On agit comme des êtres civilisés et on se distingue assez bien de l’animal. Or, tout ça prend le bord lorsqu’arrive le moment de la copulation. On se transforme alors en véritables bêtes. Nus, entièrement exposés, on s’excite à se voir le gras de bedaine qui gigote et les couilles et les seins qui défient la gravité.  On a les cheveux en bataille, on fait des grimaces, on grogne, on s’échange notre sueur, on souffle notre haleine dans la face de l’autre. C’est à se demander pourquoi on perd autant de temps à se préparer durant la phase de séduction.

Le sexe peut aussi changer des facettes de notre personnalité. Il y a des hypocondriaques qui aseptisent chaque pouce carré de leur maison et essuient le goulot d’une bouteille d’eau qui a déjà été bue, mais au moment de l’acte sexuel, ils n’hésitent pas une seconde à insérer leur langue dans la bouche de leur partenaire et peuvent parfois même s’aventurer à lui lécher l’anus. D’autres sont super réservés dans la vie de tous les jours et osent à peine parler par peur de déranger, mais le soir venu c’est des claques sur les fesses et des cris à réveiller tout le quartier. On est bien bizarres par moment.

Ceci dit, juste penser au sexe peut être malaisant. Faites le test la prochaine fois que vous entrez dans un ascenseur. Imaginez tout le monde qui s’y trouve en train de baiser. Imaginez à quoi ressemblerait leur corps dénudé. Figurez-les dans leur intimité le soir en train de faire une fellation ou un cunnilingus. Votre boss est à côté de vous dans l’ascenseur? Tant mieux! Visualisez-le en train de gémir. Quel genre de face fait-il quand il vient? Une fois que vous aurez fait tout ça, regardez-le dans les yeux. Vous me laisserez savoir si vous ne trouvez pas ça weird.

La mécanique de la chose est aussi très étrange. Il y a d’abord le pénis, un organe qui est objectivement plutôt laid, surtout au repos. C’est flasque, ça se promène de tous bords tous côtés et c’est la partie la plus foncée du corps même si c’est la seule qui ne se fait jamais bronzer. Puis, il y a le vagin, organe à peu près invisible vu de l’extérieur, qui est essentiellement une cavité. Bref, lorsque monsieur anticipe qu’il va faire du sexe, son organe se durcit et s’insère dans celui de madame. À force de répéter des mouvements de va-et-vient, un signal est envoyé au cerveau des deux protagonistes; c’est l’extase, un liquide visqueux sort du pénis de monsieur et le corps de madame se met à trembler. Drôle d’activité.

À cela, on peut ajouter une autre couche de weirdness : le sexe produit des enfants!! Quand je regarde mon garçon argumenter qu’il n’a pas besoin de se brosser les dents parce que LUI n’aura pas de caries, je me dis parfois que c’est un drôle de spermatozoïde que ce petit bonhomme-là. Comment une soirée de sexe a-t-elle pu transformer ma vie à ce point?

Bref, le sexe c’est weird. Ça nous métamorphose, ça provoque des malaises, ça nous fait littéralement entrer dans l’intimité d’autres gens et ça crée des mini personnes qui sont totalement dépendantes de nous. Heureusement, on ne passe pas notre vie à faire une analyse méthodique de cet acte instinctif. Bien plus souvent on met sa tête de côté et on profite simplement du seul plaisir gratuit en ce bas monde. De plus, le sexe n’est rarement que du sexe. C’est une connexion entre deux êtres humains qui se découvrent dans toute leur vulnérabilité et qui implique sentiments et complicité. Faire l’amour c’est rarement weird.

Charles

Suivez-nous sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.