Se magasiner une p’tite femme.

Ça m’a sauté dans la face ce matin. L’histoire de ce pauvre Maxime qui doit aller se magasiner une p’tite femme en Ukraine parce que les filles ici ne veulent pas de relation durable comme dans l’temps qu’il dit. Parce que les femmes ici veulent juste des histoires d’un soir, qu’il dit encore.

Ah oui, j’oubliais! Maxime a préféré taire son nom de famille pour ne pas se faire embêter qu’il raconte. Et ça, ben il le raconte dans le Journal de Montréal, là où il y a sa grosse face en photo. Ce que j’en comprends, c’est qu’en gros, il veut faire parler de lui pis voir sa tite face dans le Journal mais sans se faire écoeurer sur facebook tu-suite après.

Maxime, je sais pas comment te dire ça. Ok, j’essaie quand même…

Peut-être que les filles ne veulent pas d’une relation durable… avec toi? Ou peut-être encore que tu les choisis mal les filles, si elles veulent systématiquement rompre après la première chicane comme tu dis?

Parce que c’est drôle mais y’a PLEIN de filles qui disent exactement la même chose des gars! Qu’ils ne veulent qu’une histoire de fesses, qu’ils ne veulent pas s’engager… Pourtant, j’ai pas vu une fille aller se chercher un homme en Ukraine encore. Peut-être parce qu’on voit moins souvent passer dans notre imaginaire l’image d’un homme soumis qui serait prêt à ben des affaires pour entrer dans notre beau grand pays et y rester? Peut-être parce qu’on entend moins parler de bons gars là-bas, plus traditionnels et qui écoutent leur petite femme bien docilement?

Aller adopter à l’international parce que tu n’arrives pas à avoir des enfants, je comprends et je crois que c’est beau et noble. C’est donner la chance à un enfant qui n’en a pas eu et répondre à son propre désir criant d’avoir un enfant qui peut être plus fort que tout. Et on le sait, c’est souvent bien plus difficile que prévu mais si tout a été tenté « biologiquement parlant » et que c’est la seule solution l’adoption, ben go!  Mais aller se magasiner une petite femme (parce que y’a 6 chanceuses qui se mettront sur le 31 pour essayer de charmer Maxime!) ben ça me donne le goût de… te laisser y aller.

Parce qu’en effet, avec le genre de réflexion que t’as, ça doit pas être évident trouver une femme qui trippe sur toi ici. Ça doit pas faire la file devant ta porte pour venir jouer à ta mini version du Bachelor maison.

Parce que dans l’article, le pas-tombeur de ces dames raconte, en parlant des femmes d’Ukraine qu’il connait si bien depuis qu’il a skypé avec 2 ou 3 femmes de là-bas « «Quand on leur parle, on voit qu’elles sont prêtes à se battre pour leur homme, qu’elles veulent que leur couple fonctionne. Mes amis ici sont tous séparés, ce n’est pas ce que je veux».

Elles se battent pour leur homme? Mais qu’est-ce que t’en sais? T’es allé en Ukraine et t’as vu des femmes descendre dans la rue avec des pancartes « Battons-nous pour nos hommes? ». C’est quoi que tu veux au juste, des femmes qui se battent dans la bouette pour toi?  Dans des émissions genre Bachelor ça arrive mais tu sais pourquoi? Pour l’argent Maxime, et rien d’autre. Y’a des filles ( et des gars) qui seraient prêts à n’importe quoi pour la gloire et l’argent. Si t’as aucun des deux à offrir ici, en effet, les combats de bouettes dans ta cour se feront rares. Sorry.

Et quand tu dis « Ce n’est plus l’amour comme dans le temps de nos parents », tu fais références aux unions qui durent 50, 60 ans? Ben non, t’as raison, et tu sais pourquoi?  Parce que les femmes peuvent maintenant travailler et être autre chose que des machines à bébés et à laver, subvenir à leurs besoins et donc ne plus être prises dans des relations qu’elles ne peuvent quitter. Elles ont le choix de rester par amour donc oui, elles sont plus sélectives. Avant, y’en avait en masse de la femme qui restait parce qu’elle le devait, tout simplement, et je suis pas convaincue que ce soit mieux. Pantoute. Oui, il y en a des unions magnifiques qui durent un demi-siècle et même toute la vie , il y en a eu et il y en aura encore mais ce n’est pas une question de nationalité. L’amour c’est un langage universel mais c’est pas tout le monde qui le comprend.

C’est sur que si tu ramènes une femme qui a quitté pays, vie et amis pour toi,  elle ne voudra pas juste d’une histoire d’un soir et qu’elle ne partira pas à la première chicane. C’est un ti peu plus compliqué mettons.  Mais j’pense pas que ce soit une garantie qu’elle t’aime plus ou mieux pour autant…

T’sais, ton initiative me ferais probablement moins tiquer si ton discours ressemblait à « J’ai décidé d’aller rencontrer dans d’autres pays, parce que j’adore voyager et découvrir les autres cultures », si j’avais l’impression que c’est le goût de l’aventure, ton ouverture d’esprit ou ta belle curiosité qui t’envoie chercher l’amour là-ba.s Mais ce que je lis, en fait  c’est pas mal juste « J’pogne pas ici faque je vais aller voir si j’pogne plus ailleurs ».

Peut-être que c’est pas d’endroit que tu devrais changer mais plutôt, d’approche, de  méthode de recherche, de discours?
J’dis ça mais t’sais, j’suis une fille d’ici pis t’sais, les filles d’ici…

Suivez-nous sur

21 pensées sur “Se magasiner une p’tite femme.

  • 18/06/2015 à 19:00
    Permalink

    Une fille comme toi c’est exactement ce qu’un gars comme lui ne souhaite pas avoir… une osti de folle…

    Répondre
    • 18/06/2015 à 20:21
      Permalink

      Merci de venir appuyer ce que je dis : des gars comme lui, y’en a un pis un autre, d’où mes mots clés pour les femmes qui cherchent des gars avec un bon coeur et une bonne santé mentale : espoir, patience et résilience.

      Répondre
    • 18/06/2015 à 20:27
      Permalink

      Ben un gars comme toi, c’est exactement ce qu’une femme comme celles qu’un gars comme lui critiquent ne souhaitent pas avoir: un ostie de con.

      L’Ukraine te souhaite la bienvenue.

      Répondre
    • 24/06/2015 à 17:37
      Permalink

      Une osti de folle c’est donc une femme qui exprime une opinion? … Pas fort comme commentaire!

      Répondre
      • 26/06/2015 à 08:06
        Permalink

        Une ostie de folle, si j’ai bien compris, c’est en effet une femme qui s’exprime, qui s’affirme, qui ose dire que certains hommes sont encore à l’ère de Cro-Magnon, qui sait vivre sans un homme, qui est déterminée, auto-suffisante… Bref, tout ce qui fait peur à un homme qui a plus d’égo que de couilles.

        Répondre
  • 18/06/2015 à 20:35
    Permalink

    J »appuie à 100% tout ce que tu dis à ce Maxime et d’un autre coté je me dis pourquoi st-ce que des femmes modernes et évoluées comme nous perdent du temps à répondre à des connards pareil…ça inclu l’autre frustré qui a fait un commentaire très élaboré

    Répondre
  • 19/06/2015 à 00:46
    Permalink

    Je crois que la plupart des gars qui ne sont pas capables de « pogner » au Québec sont simplement des imbéciles. Pour avoir vécu en Asie pendant plus d’un an (Chine et Vietnam), je peux vous assurer que les différences culturelles sont un BIEN plus grand obstacle que ce que l’on est porté à croire. Pis non, c’est pas parce qu’une culture force les femmes à paraître soumises à leurs hommes qu’elles le sont réellement. Anyway, si un homme veut de la soumission, il peut s’acheter un chien pis entre êtres humains, la soumission, c’est d’la marde. Bien content de retourner au Québec pour voir de vraies femmes qui s’assument!

    Répondre
    • 19/06/2015 à 07:12
      Permalink

      Welcome back Vincent 🙂

      Répondre
  • 19/06/2015 à 06:25
    Permalink

    Ça ne prend pas une lumière pour comprendre que les filles qui « capotent dessus » ne voit qu’une porte de sortie! Wake up Maxime et bienvenue en 2015 où les femmes qui se sont battues pour leur liberté de te disent avec le plus grand bien…t’es un loser!
    Bonne journée ☺️

    Répondre
  • 19/06/2015 à 10:30
    Permalink

    Pour plus de valeurs et de conservatisme, Maxime n’a pas a allé si loin. L’Ontario et le Nouveau-Brunswick, 2 provinces frontalières avec le Québec, regorgent de femmes belles, intelligentes avec des valeurs et plus de conservatisme que les Québécoises!

    Mais si c’est du contrôle qu’il recherche, bonne chance mon Max! Pas certaine qu’il y a beaucoup d’amour en Ukraine. Je dirais plutôt que la valeur ultime là-bas est: la survie!

    Répondre
  • 19/06/2015 à 15:03
    Permalink

    Je ne pogne pas avec les femmes et je ne me considère pas comme un imbécile. Par contre, je ne suis pas sûr que je pognerais avec une femme d’un autre pays. J’aimerais avoir une femme dans ma vie, mais pas une femme soumise.

    Le problème des hommes qui ne pognent pas est un manque de confiance en eux et une faible estime d’eux-mêmes. Ça peut prendre des années avant de comprendre qu’on a un problème, mais quand on le trouve, il faut prendre les moyens pour le corriger. Dans mon cas, j’ai consulté et j’ai compris des choses différemment.

    Je ne crois pas que les insultes et les rabaissements, les deux sexes confondus, amènent quelque chose de constructif à ce débat: ça ne fait que l’envenimer. Que voulons-nous? Creuser plus profondément le fossé entre les hommes et les femmes ou essayer de les rapprocher?

    Répondre
  • 09/07/2015 à 12:27
    Permalink

    J’ai déjà sorti avec une fille  »non-québécoise » , elles ont plus la notion du partage que les québécoises . Je m’explique , lorsque j’invitais cette fille au resto , elle payait la moitié de la facture . Avec les Québécoise , Vallait que je règle la facture . La même chose aux cinéma .

    La non-Québécoise , m’aidait à faire la vaisselle , la québécoise , fallait que je me tappe la vaisselle tout seul . En plus , je fesais la vaisselle de sa crisse de semaine . Je gérait le ménage de deux appartements . Je comprends tout a fait Maxime son choix .

    La pire , c’était avec mon Ex , je suis très casanier , alors je préfère être à la maison , écouté un film , j’aime mieux mangé à la maison à cause de mon allergie . Mon ex , l’ignorais carrément mon allergie et m’a dit  » Je mangerais pas tout le temps chez moi ou chez toi  » . Si je la sors pas elle fesait une crises .

    Je pourrais en écrire pendant longtemps …………

    Répondre
    • 17/07/2015 à 10:23
      Permalink

      Mais de ce que je lis et ce que tu décris, tu ne parles pas des québécoises mais bien de une en particulier… C’est elle qui était comme ça, tu vois moi je suis québécoise et je suis tout le contraire de ça 🙂

      Répondre
  • 30/04/2016 à 19:33
    Permalink

    Je reçois beaucoup de touriste chez moi, souvent des européens qui partage leur moment de vie au Canada. Plusieurs m’ont confié les difficultés de l’engagement qui est vécu ici. Il semble donc que ce soit une évolution sociale réelle. La vision d’une famille saine et épanoui par le partage des tâches est devenue pour plusieurs, soit une utopie d’un romantisme traditionnel accomplit ou une vision dépassée de modèles contraignant d’asservisement. L’individualisme et le féminisme favorisent le contrôle direct comme le choix d’élever les enfants seuls (à sa manière) ou de les donner à charge de l’État (garderie, école, etc…). Le résultat est la fin de l’économie familiale indépendante du pouvoir politique et l’esclavage économique directe des femmes par le salariat capitaliste. Je ne suis pas certain que le patron soit plus humain que le mari, et qu’il ait plus à coeur l’épanouissement de « sa » femme (et j’aimerais ajouter qu’en relation, les hommes que je connais se « donne » à « leur » femme qui sont aussi, leur fierté). S’il s’agit de vocabulaire de « possession », c’est de posséder un amour commun qui surpasse l’égo de chacun. Aussi, je pense que la recherche du confort et de la facilité mine tout effort de compromis, d’engagement ou de travail puisque nous sommes habitué au crédit et au bonheur immédiat. Bref, je suis heureux de voir autour de moi un changement vers des valeurs saines, de connaitre des maris qui ont libérés leurs femmes d’un travail abrutissant et des couples qui font l’effort que peut exiger la confiance en l’autre dans des moments difficiles et qui par la suite, savoure leur union heureux, ensemble.
    Bref, je crois qu’il est réellement statistiquement plus facile de trouver ailleurs des femmes prête à partager, donner ET recevoir sans compter car la culture traditionnelle de confiance en l’amour et la famille dépasse le besoin d’une « liberté » immédiate et la volonté de contrôle total. Noter ici que la notion de liberté quand tous paie des impots, une hypothèque et se retrouve seul devant les aléas de la vie n’est pas ce que je considère, une améloration sociale et que les impacts sur la santé et le moral est facilement mesurable par la consommation de drogue grandissante dans nos sociétés stressantes!

    Répondre
    • 30/04/2016 à 19:49
      Permalink

      en passant, le féminisme aura eu l’utilité de plusieurs réflexions constructives, tel que le gars puisse se faire vivre par sa femme. Lorsque l’on parle de réalisation personelle, pour ma part, je ne voie pas de problème à m’épanouir à vivre à la maison, faire de l’ébénisterie non rentable et m’amuser avec mes outils. Alors, dire que les femmes au foyer font un truc dévalorisant, je ne crois pas que vivre quotidiennement les joies et difficultés des enfants et les passe-temps artistiques non rémunérateurs, la gestion de la famille soit une punition traditionnelle pour femmes soumises. Un peu comme si l’ambition naissait du terreau capitaliste seulement et que la carrière représente l’optimum de la réalisation. Homme et femme, nous sommes trop habitué à être materné par l’école, puis par l’entreprise afin de nouss donner des objectifs difficiles dont nous seront fier d’avoir concrétisés. La famille, c’est aussi l’autonomie des objectifs, sans coup de pied au cul pour nous aider d’un patron exigeant. Ce n’est pas en occident que l’on retrouve cette autonomie, désolé.

      Répondre
  • 30/06/2016 à 12:13
    Permalink

    C’est une blague, cet article ???
    Je suis pas sûr, que la décision de quitter son pays, donc dans l’inconnu, et là je parle des femmes ukrainiennes, soit si facile que ça, à prendre… Surtout les femmes de ce site là… Et en particulier dans un pays francophone… Et oui!!!… Le français quelle belle langue mais pas forcément facile à apprendre et à comprendre… Alors je sais pas…. mais avant de juger ce garçon et ces intentions, sans au final, rien savoir, une remise en question du féminisme est peut-être à faire avant… Je ne pense pas que vous (l’auteure) soyez dans la tête de ce garçon… Surtout sachant que beaucoup de ces propos ont été exagérés par la journaliste…. La plupart de ses femmes ont un ou plusieurs travails dans la journée (10 à 12H) pour pouvoir joindre les deux bouts, dans un pays patriarcal et en crise… Ces femmes, pour la plupart, sont à la recherche d’un seul et unique précepte: le respect et affection égalitaires… Ces notions que le féminisme vous ont permis, vous occidentales, d’acquérir (c’est ce qu’on appelle le progrès social ), et que vous avez détourné en petite guéguerre femme/homme… Allez voir la vie des femmes dans les autres pays avant de nous pondre un article nauséabond, plein de jalousie et d’incompréhension… ( je suis resté poli, ça été dur, mais je suis Français et on m’a toujours dit de rester correct avec le gente féminine.)……………………………………….Pétasse…. Oups ça m’a échappé….

    Répondre
    • 01/07/2016 à 12:37
      Permalink

      « Je suis poli..oups pétasse, ça m’a échappé ».

      Wow, ça sent l’homme sûr de lui et plein de respect de la femme ça! Continues de te commander de la femme sur le web, c’est pas mal ta seule chance d’en trouver une…
      Et c’est pas parce que t’es Français que tu es mieux élevé que les autres comme tu l’as excessivement bien démontré en m’insultant.
      Connard.
      Oups. Ben non, ça m’a pas échappé.

      Répondre
      • 08/07/2016 à 12:01
        Permalink

        Oh j’utilise, pas internet ou agence de rencontre, pour rencontrer des filles et encore moins des étrangères, je pense qu’en France c’est pas nécessaire… Je reconnais que l’insulte était probablement de trop… Et avec du recul j’aurai préféré être plus Québécois, plus que Français … Mais un article où l’on émet un jugement sans savoir… vous avouerez… A une époque où l’on a tout mondialisé, pourquoi pas, les relations humaines…. A méditer, probablement… Maintenant le phénomène de ce genre d’agence de rencontre, en France on connait depuis longtemps, ( beaucoup de reportages, d’articles etc….), et des gens en sont contents, d’autres non…. Chacun voit midi à sa porte… Que tu t’engages avec une française, une québécoise ou une ukrainienne, le risque est le même… Sauf que la fille de l’est, et bien, c’est une autre mentalité: meilleure,… moins bonne… Qui peut juger ??? Mais de mon point de vue, votre article est quand même pas bon, trop agressif, pas d’arguments/ contre arguments… Etes-vous fâché avec les hommes… ??? Bon pour finir, désolé pour l’insulte, c’était très incorrect de ma part…

        Répondre
        • 11/07/2016 à 08:20
          Permalink

          Je ne suis absolument pas fâchée contre les hommes, e’viens d’en épouser un, lol, mais j’en ai marre des ces Québécois qui se plaignent que les femmes ici sont trop ci ou trop ça.. Généralement ce qu’ils veulent dire, c’est : trop indépendantes, trop féministes, trop affirmées… Pas pour rien que ce genre d’homme va se chercher une femme ailleurs. Qu’on aime une culture plus qu’une autre, je peux tout à fait comprendre, qu’on cherche une femme plus docile et qui prend moins de place, je trouve que ça en dit long sur le type d’homme…

          Merci d’Avoir retiré l’insulte, je fais de même pour la mienne , sans rancune 🙂

          Répondre
  • 20/06/2017 à 09:45
    Permalink

    En effet…. c’est désolant.
    🙁
    Parce-que des femmes qui se cherche un homme pour bâtir une relation , ça existe. J’en suis une et elles ne sont pas juste a l’étranger.
    Parce-qu’il y a une différence entre l’attachement véritable envers une personne et l’urgence de sortir d’un pays, d’une situation politique ou économique quelconque.
    Beaucoup n’y voit que du feu a ce niveau la.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.