Une grosse cuisse pis du poil

Digital Girl VisualizationDepuis mes 15 ou 16 ans, je déteste mes cuisses. Vraiment.

Un peu trop grosses, un peu trop molles, elle ont toujours fait partie de ces bouts de mon anatomie qui me font dire ” Et si on focussait sur autre chose pour détourner l’attention?!”. En plus, je ne comprends pas pourquoi elle n’arrivent pas suivre mon métabolisme comme tout le reste. En fait, mes cuisses sont comme le triangle des Bermudes de mon corps, c’est là que va se perdre la graisse à jamais… On jurerait qu’elles sont paranos et qu’elles font des stock en cas de grande famine.

Et si, Ô miracle, je réussis à maigrir, c’est toujours elles qui s’accrochent au gras mou le plus longtemps possible. C’est clair que mes cuisses ne m’aiment pas, et je leur rends bien.

Maudites cuisses à marde.

C’est à cause d’elles que je n’aime pas les mini-jupes, les maillots de bain, les robes courtes, les shorts et les leggings. Oui, j’en porte  des fois mais toujours avec l’impression que tout ce qu’on voit, c’est ça : mes grosses cuisses molles et moches.

Et bien tout ça vient d’être un peu bousculé parce que la semaine dernière, mon tout-nouveau-tout-beau amoureux me demande : “Tu sais ce que j’aime le plus sur ton corps?”.

Là, je me demande mentalement  ce qu’il va répondre puisqu’on me complimente souvent sur mes yeux mais j’ai eu droit à quelques félicitations pour mon popotin et mes seins alors je réponds…” Euh…Non… Quoi?”.

Et le chéri de me répondre sans hésitation :”Tes cuisses!”.

Ma première réaction a été de lui dire ” Tu me niaises?”.

Je me disais en moi-même “Ok, pas de panique, il ne sait pas encore que faire de l’ironie sur mon corps, c’est NON; il ne sait pas non plus qu’il n’a pas le droit de faire allusion à mes grosses cuisses molles, la notion de danger quand on rit de mes complexes n’a pas encore poppé dans sa tête. Investiguons et donnons-lui le bénéfice du doute…”

L’amoureux me répond alors ” Non, je te le jure, j’adore tes cuisses. Quand je les vois, je fixe dessus, je les trouve belles, je les aime… Vraiment. Wow.”. Et j’ai vu dans ses yeux que c’était vrai! Même le “Wow!”.

Je n’en revenais pas. De toute les parties de mon corps, sa préférée, c’est celle que j’ai toujours détestée et tenté de cacher ou d’oublier!

À mon tour, je lui ai demandé quelle partie de son corps il croyait que je préférais. Il m’a dit “Mes yeux?” et j’ai dit “Non. Ils sont magnifiques tes yeux, mais ce qui me fait tripper solide, c’est ton chest!

-Mon chest poilu?

-Oui! Ah, je l’adore! J’aime me coucher dessus le soir avant de m’endormir et me dire que je suis à la maison tant que je suis là, j’aime me lover dessus le matin et écouter ton cœur battre… J’aime aussi les petits poils blancs qui se pointent à travers les noirs et qui me rappellent que t’es un homme et pas un garçon… j’aime son odeur… j’aime sa douceur… Je l’aime, bon!”

À son tour d’avoir de la difficulté à me croire. Et là il m’a avoué qu’il a toujours détesté sa poitrine velue. Il a contemplé toutes les façons possibles de la camoufler ou même d’en éliminer le poil et là, v’la ti pas qu’il tombe sur la fille qui adore ça.

Pourquoi je raconte ça? Parce que j’ai mes moments de lucidité mais ils sont sporadiques, alors je crois qu’il est bon de rappeler, à vous comme à moi, qu’il faut arrêter de se regarder et se voir à travers ses propres yeux de temps en temps. La publicité, le vedettariat, les médias, tout autour de nous essaie de nous faire croire que nous avons quelque chose qui cloche physiquement, pour qu’on achète leurs “solutions” à ces “problèmes” et on fini par le croire! Puis on passe 1000 fois plus de temps à parler de ce qu’on aime pas sur soi que de ce qu’on apprécie. Mais c’est bon de se souvenir qu’il y a toujours quelqu’un, quelque part, qui nous voit autrement qu’autour de nos supposés imperfections. Et là je pense pas juste à notre maman…

On n’est pas des mannequins 36-24-36 pour la plupart d’entre nous mais qui dit que c’est vraiment ça que les gars cherchent? De la même façon qu’un gars avec un six pack d’abdos sous une poitrine lisse et luisante ça ne m’émeut ni m’émoustille. Non mais j’aurais tu pu en perdre du temps à me faire liposucer la cuisse pendant que mon homme se fait épiler l’chest, et tout ça pourquoi? Pour plaire à on sait pas trop qui ?

Si on arrêtait de chercher ce qui cloche et qu’on se donnait la chance de nous voir autrement? Ça peut pas faire de mal! D’autant plus que célibatairement parlant, c’est ben difficile de convaincre quelqu’un qu’on mérite de lui plaire si on se trouve so-so… Non?

Il faut arrêter de se dire qu’on ne plaira pas à cause de notre bosse sur le nez ou encore à cause de ses gros doigts boudinés. Je ne veux pas sonner comme une licorne qui applique chez Disney mais on a tous quelque chose de beau… sauf que des fois  on ne le sait même pas nous-mêmes.

La preuve : on s’entend qu’une grosse cuisse avec un chest velu, ça sonne très turn off, et ben pourtant…!!

PS Ça n’empêche pas que, dans mes rêves, j’ai les cuisses de la photo, non mais tsé, une folle! J’ai le droit d’éliminer la cellulite de mes rêves quand même. 😉

Suivez-nous sur

4 pensées sur “Une grosse cuisse pis du poil

  • 12/08/2014 à 08:37
    Permalink

    Bonjour, je risque une confidence. Je ne sais pas si ton chum est comme moi, mais je suis le genre à tripper sur les cuisses. Des cuisses trop maigres où on a l’impression de caresser les os, pas vraiment mon trip. Un p’tit peu de chair, assez de surface à caresser: WOW!

    Répondre
  • 09/09/2014 à 20:46
    Permalink

    Entk moi je l’aime mon chest poilu…lolll j’ai hâte de trouver celle qui va vraiment aimer ça… Chu loin du métro sexuel 🙂

    Répondre
  • 02/10/2014 à 22:16
    Permalink

    C’est vraiment bon, vraiment vrai et surtout très inspirant!! merci!

    Répondre
  • 14/08/2016 à 23:55
    Permalink

    Très bien dit! Ça fait du bien à lire.
    Et moi aussi j’aime les torse poilus 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.