C’est une question de… chimie!

 

Question de chimie

Au fil de la lecture des fiches de certains hommes sur les sites de rencontre et des questions ou commentaires que certains autres m’ont envoyé, j’ai fini par constater qu’on est peut-être tous dus pour un petit cours de chimie. Mais pas celle du secondaire 4 avec des béchers et des alambics, non! Un cours de chimie humaine, tsé, celle avec des baisers et des papillons.

Récemment, un homme m’ a écrit à peu près ceci :
J’ai besoin de ton avis. J’ai eu un rendez-vous avec une fille qui me plaisait beaucoup hier soir. On a passé une très belle soirée, j’avais le goût de la revoir et ce matin, elle m’écrit qu’elle a aussi passé une belle soirée, que je suis vraiment une personne qu’on gagne à connaître mais qu’elle n’avait pas ressentie la connexion qu’elle recherche, qu’il n’y avait pas de chimie, et donc qu’on ne poursuivra pas, mais qu’elle me souhaite bonne chance.
C’est quoi l’affaire, les filles veulent juste un gars super beau, musclé pis avec de l’argent, la personnalité ça ne compte plus?

En le lisant, j’ai compris qu’on a parfois tendance à un peu tout mélanger, moi incluse.
Voici donc mon 2 cents sur la chose :
Tout d’abord, la chimie entre deux personnes, ce n’est pas une question de beauté physique. En fait, ce n’est même pas toujours une question d’amour! D’ailleurs, je viens d’en vivre toute une preuve, allez, je vous raconte…

La semaine dernière, j’étais dans la région du Témiscouata en tant que moitié gauche des Zélées et je passais 7 jours avec des chanteurs, des humoristes et, oui, quelques personnalités québécoises. Avant de me rendre là-bas, j’ai appris qu’on allait devoir chanter avec Maxime Landry à la fin du grand spectacle de la finale, et qu’on allait même passer la semaine avec lui. Je l’avoue,  j’ai eu une réaction qui me donne un peu/beaucoup honte: je me suis dit « Oh non, j’ai pas envie d’aller chanter une toune que je ne connais pas, avec un gars que je connais encore moins. Tout ce que je sais c’est qu’il a fait Star Académie et je n’ai jamais écoute ça, parce que j’aime pas ce genre d’émission ni les artistes qui en ressortent en général”. Oui, je suis partie avec l’idée qu’il était kétaine et que je n’aimerais pas sa musique.

Tsé, quand tu dis une fille pleine de mauvaise foi. Mea Culpa. Envoye dans ma chambre, à genoux pour une heure, pas de dessert.

Je le jugeais “solide”. Parce que j’aime bien me dire que je n’adhère pas à ce qui est très populaire. J’aime ça me dire ça mais… d’un autre côté, je regarde La Galère et Unité 9, je mange du chocolat, je prends des  Selfies et je fais des courses comme le Color Me Rad.. Ben ben originale et spéciale la fille hein?

Et là il est arrivé quelque chose… Je l’ai rencontré.

C’était le 2ième jour du joyeux périple, je crois. Ça faisait à peine 3 ou 4 phrases qu’on s’adressait, lui et moi, que. déjà, je savais que je venais de trouver un ami. Pas une connaissance, un ami. On a cliqué instantanément. Ça arrive ça des fois et chaque fois, c’est juste fantastique. J’ai réalisé qu’on a le même genre d’humour un peu tordu par moment, les mêmes références, qu’on aimait les mêmes choses, en fait, on s’est tout de suite reconnus! Pas amoureusement, loin de là, mais comme deux âmes qui connectent. On a passé une superbe semaine à se cotoyer, j’ai finalement entendu ses chansons, certaines m’ont donné des frissons et, surtout, toute une leçon sur le jugement et l’égo.  Il a une voix incroyable, c’est clair, mais surtout, il chante avec ses tripes, c’est un gars “vrai”. J’ai compris pourquoi tout le monde est tombé en amour avec lui: il n’est rien d’autre que ce qu’il est pour vrai et, moi, la vérité, ça me rejoint. En plus il est drôle comme c’est pas possible, non mais tsé, il ne pouvait pas tomber plus pile dans me cordes avec la musique et l’humour.  Le disques qu’il vend et le nombre de fans qu’il a, ça je m’en balance, je sais que ça n’est en aucune façon le gage d’une bonne personne et ça ne m’a jamais impressionnée.

J’aime les gens pour ce qu’ils sont, pas ce qu’ils ont.

Et là, j’ai eu la chance de trouver quelqu’un avec qui ça clique vraiment fort et ça, ça ne court pas les rues. Quand ça arrive, on le sait tout de suite. Cette expérience m’a aussi rappelé qu’il faut aller plus loin que les apparences. Voir en arrière de ce qui frappe les yeux, parce que c’est là que se cache la personne.

Je ne vous raconte pas ça pour faire du name dropping (sinon j’en ferais depuis un bout, croyez-moi ), mais pour l’analogie sur la chimie des relations. C’est certain qu’en amour non plus, ça ne court pas les rues la chimie, sinon les rues seraient vides et les hôtels seraient pleins. Mais quand on dit qu’il n’y a pas de chimie après un rendez-vous, ça ne veut pas dire Tu n’es pas de mon goût ou Tu ne fais pas assez d’argent (y’a peut-être des gens pour qui ça veut dire ça et, là, c’est triste en crisse) , ça peut souvent vouloir dire Malgré que je reconnaisse chez toi plein de qualités qui me plaisent et que je recherche, il manque ce petit je-ne-sais-quoi à cause de je-ne-sais-pas-pourquoi.

Quand on cherche une connexion, une vraie, on ne mettra pas d’énergie dans une relation où il n’y a même pas assez d’étincelle pour allumer un feu de bois sec enseveli sous une pile d’écorce de boulot assis sur de la braise. On va attendre. Et j’ose dire que c’est à l’avantage de chacun car pour l’autre personne aussi, c’est une chance de plus de ne pas perdre son temps avec quelqu’un qui n’est probablement pas la bonne personne. Parce que la chimie, c’est un échange, un mélange. Faut être deux pour que ça wow chica-boum-boum pow!

Je peux vous dire que pour moi, la chimie c’est très, très, très important. La chimie, pas la passion qui tue ni la baise qui sue, la chimie entre deux âmes. Celle qui fait que les deux âmes se reconnaissent sans jamais même s’être croisées avant.

Et, contrairement au trèfle à quatre feuilles, pas besoin de chercher à quatre pattes dans l’herbe pour la trouver. Quand elle va être là, c’est comme l’inspiration: vous le saurez. Pas avec les yeux, pas avec les oreilles, avec l’âme. C’est en vous que partira le système de détection.

Alors de grâce, n’en voulez pas à ceux et celles qui ne poursuivent pas parce qu’ils savent ce qu’ils veulent, ils ne font que preuve de patience et de respect. Ce n’est pas un rejet, c’est une impossibilité. C’est platte, mais quand vous allez tomber sur votre “chimiquement” destiné, vous allez la remercier.

 

Suivez-nous sur

7 pensées sur “C’est une question de… chimie!

  • 20/05/2014 à 17:02
    Permalink

    Si je me fie à ce que je lis, quand les femmes sur les forums des sites de rencontres parlent de l’importance de la beauté intérieure, c’est de la foutaise. Pour créer cette chimie, faut-il qu’un homme soit un mâle alpha? J’en ai l’impression.

    Répondre
    • 22/05/2014 à 10:51
      Permalink

      Pas nécessairement. Il faut simplement que les deux personnalités s’accordent. Que le physique de la personne plaise au moins un minimum à l’autre (car oui, être attiré par son partenaire physiquement, c’est important, même s’il y a d’autres choses importantes ^^). Pas besoin d’être un mâle alpha, il faut seulement la petite étincelle qui allumera plus tard le feu. Cela dit, même si on plait énormément à une femme, il se peut qu’il n’y ait pas cette petite étincelle… Ça peut aussi être une question de timing. Des fois ce n’est pas le bon moment.

      Répondre
  • 20/05/2014 à 20:50
    Permalink

    ¨ il manque ce petit je-ne-sais-quoi à cause de je-ne-sais-pas-pourquoi.¨

    La première partie de cette citation m’était familière, c’est sa douce moitié en 2e partie qu’il me manquait pour sa compréhension =)
    Merci

    Répondre
  • 20/05/2014 à 23:33
    Permalink

    C’est vrai que la chimie c’est important mais la chimie ça peut arriver au 2e , 3e rendez-vous avec la profondeur des échanges. Tout à coup, ça vient éveiller quelque chose chez soi et voilà que la magie opère. Je ne parle pas des occasions où c’est clair qu’il y a même pas ombre de possibilité de chimie mais un seul rendez-vous n’est pas suffisant pour juger parfois. On peut passer à côté d’une belle histoire… expérience vécue.

    Autre sujet, je ne comprendrai jamais pourquoi certaines personnes n’aiment pas dire qu’ils aiment quelque chose ou quelqu’un de populaire. Moi j’aime ce qui me fait tripper et me fait vivre une belle émotion alors que 100 personnes ou 100 000 millions l’aiment comme moi, qu’est-ce que ça peut bien faire ? Être populaire, c’est être aimé par beaucoup de personnes et ça doit bien être pour une raison… la preuve Maxime Landry… Moi j’aime ça Star académie, je l’assume et j’ai pas honte de ne pas être la seule… c’est pas une maladie, c’est une émission de télé… Alors si un de ces académicien me rejoint, je ne boude pas mon plaisir… et je le dis haut et fort même si des gens de mon entourage, soit disant bien pensants me regardent de haut… C’est drôle ils ne regardent pas ça mais ils n’aiment pas tel ou tel chanteur… bien informé pour quelqu’un qui regarde pas !! Cette chimie-là aussi arrive quand on s’y attend le moins mais si on passe tout droit parce que c’est “populaire”, c’est “triste en crisse”.

    Répondre
    • 13/07/2017 à 21:48
      Permalink

      Juste un petit mot pour Chantal: j’adore ton commentaire, en plein ma manière de penser! Chapeau à toi! J’admire les gens qui assument ce qu’ils sont et ce qu’ils aiment! Exact, ça dérange qui, les choses qu’on aime? Je n’ai pas du tout honte de mes goûts et intérêts moi non plus, et pourquoi je cacherais cela? Tous les goûts sont dans la nature après tout! Et oui, se cacher par peur d’avoir l’air ridicule ou quétaine ou “je ne sais quoi” car “je ne sais pas pourquoi”, oui, c’est “triste en crisse”!!

      Répondre
  • 10/08/2014 à 23:05
    Permalink

    Je ne suis pas encore arrivée à ton niveau de sagesse. Pour moi la “chimie” entre un homme et une femme, ça veut dire une attirance physique, sinon c’est la friendzone. Quand je dis a un gars que ça n’a pas cliqué, c’est ça que ça veut dire.

    Et pour être physiquement attirée, oui, l’attirance physique compte. Il faut qu’il soit beau et surtout mon genre, car j’ai un genre bien spécifique: Yeux noirs, cheveux noirs, peau brune.

    Je me connais assez pour savoir que si je me met en couple avec un gars qui n’est pas mon genre physiquement, je vais avoir envie d’exploser au bout d’un moment de la relation, en voyant mon genre de gars passer dans la rue. Ça fait assez longtemps que je trippe sur ce genre de gars, que c’est impossible a changer. Ce serait comme demander a un gai de devenir hetero.

    Je me demande si vous ne vous mentez pas a vous-même quand vous dites que l’apparence physique ne compte pas. Et que la beauté c’est pas important. La passion amoureuse, les papillons, c’est juste une attirance sexuelle. Rien d’autre. J’avais juste 12 ans quand j’ai compris ça.

    Répondre
  • 28/04/2019 à 17:28
    Permalink

    Allo ! Moi je me suis fais plaqué par mon premier amoureux après 4 mois de fréquentation l’été dernier.

    Au bout de trois mois, il m’a avoué qu’il n’était pas amoureux alors que nous commencions déjà à partagé une intimité. Cependant, il voulait qu’on continue à se fréquenter en espérant que cette chimie finisse par naître.

    J’étais fâché et il m’a répondu que c’est normal d’embrasser quelqu’un pour tester la chimie… Trouvez-vous que c’est normal de tester quelqu’un ainsi, ou il aurait pu savoir sans m’embrasser que je n’étais pas la bonne personne ?

    Pour moi ça semble de la foutaise, mais à l’inverse bcp de mes amis disent que c’est normal et même nécessaire de frencher quelqu’un pour savoir si ça va fonctionner…

    Je trouve ça blessant et complètement immature 😕.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.