Le piège du Awwww

Non, je ne vous parlerai pas du resto qui a un gros ours comme mascotte mais plutôt du “Awwwww” comme dans “Awww c’est donc ben cute ! ” ou dans “Awwwww, il/elle m’a écrit”!” et comme dans A.W., l’acronyme de… ah pis vous verrez plus tard dans le texte. 😉

Je vous mets dans le contexte de ce qui m’a donné l’ide de ce texte : Y’a quelques jours,  je discutais avec une de mes amies qui s’acharne à entretenir une relation avec quelqu’un pour les mauvaises raisons. En gros, elle reste dans une relation de marde.

Cette personne qui occupe son temps, sa tête et son cœur, elle l’a fréquenté et s’est vite amourachée d’elle. Mais après quelques semaines de dating, elle s’est fait dire que ” T’es ben l’fun pis toute mais j’me vois juste pas tomber en amour avec toi”.

À go on crie “been there, done that!”

Oui, c’est poche mais ça arrive et c’est la vie. Et pourtant,  c’est même pas là que se situe la marde amoureuse, c’est après !

Parce que plutôt que de passer à un autre appel, plutôt que de dire “Ok, je comprends, mais tu vois, de ami(e)s j’en ai déjà pas mal et ce que je cherche c’est quelqu’un avec qui bâtir quelque chose de sérieux donc bonne route!”, ben à la place, mon amie a continué de voir la personne en question et de communiquer avec elle. Pis pas juste un petit peu, on parle pas d’un petit “Quoi de neuf?” aux 2 semaines mais bien de petits textos “Bon matin! ” quotidiens suivis d’une tonnes d’autres dans la journée. Tout ça entouré d’invitations à prendre un verre, à regarder un film, à aller voir un spectacle et d’autres restants d’horaires à combler.

Tsé, du Netflix & chill où tu regardes un film et tu fais juste chiller pour de vrai. Comme un genre de relation… mais sans le sexe et surtout sans la tendresse ni l’amour.

Le problème c’est qu’avec les réseaux sociaux et les textos, c’est hyper facile de tomber dans ce piège là, parce qu’on est une belle gang à être devenus des attention whore. On est accros à ces petits soupçons de “Je pense à toi”, on aime ça quand notre téléphone fait ding parce qu’en même temps, ben notre cœur fait boum. On veut, nous aussi, avoir une photo de souper à mettre sur instagram, quitte à le manger avec quelqu’un qui texte quelqu’un d’autre que nous dans notre face.

Et je dis “on” parce qu’aux débuts de ma fréquentation avec l’homme de ma vie, je courrai lire mes courriels tous les matins, sachant qu’il m’avait écrit puisqu’il le faisait tous les jours. Et oui, ça m’est arrivé dans les derniers mois de me plaindre qu’il ne le faisait plus.  J’aimais ça me faire réveiller par des ” Tu me manques” et des ” Je pense à toi!”. Mais d’un autre côté, il me sourit et m’embrasse chaque matin. Tsé.

J’ai donc dû dire à mon attention whore de prendre le bord et la détrôner pour faire place à quelqu’un qui ne carbure pas qu’aux notifications et aux émoticônes. Quelqu’un de vrai qui fréqente quelqu’un de tout aussi réel.

Parce qu’il faut voir plus loin que le petit Hourrah! que crie notre petite bibitte à attention.

Mieux (pire) encore : il faut faire la différence entre “Je m’ennuie de toi” et “Je m’ennuie”.

Parce que c’est pas mal juste ça dans le fond. C’est des ” J’tomberais pas en amour avec toi mais t’es une personne le fun, passer du temps avec toi, c’est mieux que tout seul chez nous” enrobé de smileys.

On se dit que ça fait passer le temps, que c’est mieux que rien, mais non, c’est faux. Ce que ça fait c’est un peu comme remplir son jardin avec des pissenlits. Ça a l’air d’être des fleurs et ça pousse vite donc ça donne une mini satisfaction éphémère mais tu l’sais ben que des pissenlits, c’est de la mauvaise herbe déguisée en fleurs!

Et tout ce temps là, tu  les arroses, tu leur donnes du soleil et tu ne peux rien planter d’autre, parce que toute la terre est occupée par les *sties de pissenlits! Et si tu les gardes, ben ils finissent par devenir quoi? That’s right! Des semeurs de milliers de pissenlits, un p’tit coup de vent pis regarde ça remplir ton terrain au grand complet!

 

Ben oui qu’c’est facile de se laisser prendre au jeu. Des fois, on a tellement envie de cultiver quelque chose qu’on est prêt à gaspiller notre temps et notre énergie, notre eau et notre soleil à faire pousser quelque chose qui va juste nous nuire. Parce que nous aussi on veut un jardin!

Mais ce qu,on veut ultimement, c’est remplir son cœur et le partager, pas l’abonner à quelque chose qui le brise un petit peu tous les jours. Il fait donc se faire violence un ti peu et comprendre que des fois, ben faut laisser la terre du jardin en jachère. Laisser le terreau se refaire une santé et se reposer un brin pour que ça repousse mieux par la suite. Ta vie amoureuse c’est d’la marde? Parfait, ça va faire de l’engrais, t’auras même pas besoin d’aller acheter du fumier de mouton pour ton jardin!

IMG_4160

 

Oui, tout ça c’est des images mais je le pense vraiment et sincèrement. Je vois mon amie s’accrocher à cette histoire qui n’en finit plus de finir alors qu’elle est terminée depuis longtemps et ça me fait de la peine.  Parce que je sais qu’elle sera une jardinière extraordinaire mais que pour l’instant, il n’y a rien à arroser qui vaille la peine.

Les gens qui ne font que vous tenir en haleine, que vous occuper l’esprit sans intention de faire un tour dans votre cœur (et encore moins votre corps!), ben il FAUT les arracher à la racine. Oui, ça va faire mal et vous manquer un peu-beaucoup au début, mais vous allez vous habituer. Et quand vous vous dites que ça fait trop mal de “laisser partir” cette personne, rappelez-vous qu’on ne peut pas perdre quelqu’un qu’on  n’a jamais eu!

Alors allez-y, mettez une camisole de force à votre attention whore, mettez votre tablier pis vos gants de jardinage dans le cabanon pour tout de suite et gardez vos efforts, vos espoirs et vos sourires pour quelqu’un qui a plus à vous offrir que des bonhommes sourires et qui a réellement envie de vous souhaiter bon matin au creux de l’oreille et de vive voix un jour.Capture d’écran 2016-05-04 à 13.53.17

Suivez-nous sur

4 pensées sur “Le piège du Awwww

  • 06/05/2016 à 21:26
    Permalink

    J’ai vécu la même chose et quand j’ai su que ce n’était pas réciproque j’ai coupé les ponts, nada. Maintenant, je suis encore en jachère… Merci pour ce beau texte!

    Répondre
  • 15/06/2016 à 08:19
    Permalink

    Merci Anne-Marie! Un autre texte qui me rejoint beaucoup. J’aimerais ajouter, si tu me le permets, que c’est un peu normal de chercher l’attention, l’amour. Il ne faut pas oublier que le besoin d’amour est un besoin essentiel pour l’être humain. Mais il faut s’efforcer de le voir à travers les belles fleurs et non les pissentilts, comme tu le dis si bien. Je garde ta métaphore en tête!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.