La nostalgie

 

 

Depuis que j’ai lancé le groupe MVADM, je lis beaucoup de gens qui semblent pris dans ce damné sentiment (normal, tant qu’il finit par s’estomper ou se rationaliser) de nostalgie.

J’ai donc décidé de partager avec vous ce texte que j’ai écrit pour mon livre Le compagnon du cœur brisé et qui parle exactement de ça. 🙂

via GIPHY

S’il y a un sentiment qui est comme un sabot de denver à l’avancement de votre coeur vers la guérison c’est bien la (mautadine de ) nostalgie.

Selon le dictionnaire, la nostalgie c’est :

– La tristesse et l’état de langueur causés par l’éloignement du pays natal ; mal du pays.

– Un regret attendri ou un désir vague accompagné de mélancolie.

On peut voir ça comme ça mais je ne suis certainement pas la seule à trouver que la citation qui suit donne une perspective de plus intéressantes à ce que la nostalgie peut facilement être quand elle occupe les cœurs endeuillés.

«La nostalgie est ce sentiment qui a la capacité de faire croire que le passé était mieux que ce qu’il n’était réellement.” – Auteur(e) inconnu(e)

On souffre tous plus ou moins de nostalgie à un moment ou à un autre et y’a qu’à regarder autour de nous pour comprendre que c’est souvent au goût du jour d’être… au goût d’hier! En musique, en mode comme en cinéma, on revisite des époques avec plaisir mais avec ça viennent aussi les rabats-joie qui viennent faire ombrage sur la parade en disant des« Vous pensez que vous trippez sur les années ’80 mais moi j’y étais pour vrai. On mangeait du céleri frisé farci au Cheez Whiz, on voulait l’horrible coupe de cheveux des petits Simards et nos pères lisaient le journal tout en fumant, assis dans le corridor de l’hôpital à attendre que nos mères finissent d’accoucher ça fait que croyez-moi, c’était pas si hot que ça ».

Ils sont rabat-joie, oui, mais ils n’ont pas tort, la nostalgie enjolive réellement la réalité du passé. Comme disent les anglais « Tu peux mettre du rouge à lèvres à un cochon tant que tu voudras, ça reste… un cochon ».

Alors méfiez-vous de la nostalgie comme de l’infopub à 4 heures du matin : c’est une mine d’or à décisions regrettables.

« Parfois une personne nous manque tellement qu’on en oublie comme on est mieux sans elle » Marilyn Monroe

 

 

Et vous?

Vous arrive-t-il de souffrir de nostalgite aiguë?

 

Suivez-nous sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.