Je ne suis pas un restant… Hein?

Cette semaine, c’est une femme qui nous offre les fruits de sa plume. N’hésitez pas à commenter et à partager, je crois que son texte rejoindra bien des gens, hommes comme femmes..

_______________________

Il en vient à un point dans ta vie où tu te sens comme un restant.  Je ne suis pas dépendante affective, j’ai une bonne job, mes amis, mes proches, mon condo, mes factures, mes taxes, bref, je suis une grande fille qui est capable de vivre seule.  Aussi, j’aimerais trouver un partenaire de vie. Je ne cherche pas un compte conjoint, ni un père à mes enfants (que je n’ai pas anyway et je n’en veux pas).  J’aimerais tout simplement avoir un compagnon qui puisse être mon égal, et qui soit capable de m’accompagner (et vice-versa) dans mes projets de vie.

Suivez-nous sur

21 pensées sur “Je ne suis pas un restant… Hein?

  • 20/02/2015 à 14:51
    Permalink

    Ce serait intéressant de savoir c’est quoi pour vous un restant. Parce que je suis encore célibataire au début de la cinquantaine, suis-je moi-même un restant? Saviez-vous que des restants bien apprêtés sont appétissants et même nourrissants? Et je ne parle pas de réemballage, mais de se rendre compte que les autres ne savent pas ce qu’ils manquent de notre “exotisme” qui leur fait tant peur!

    Répondre
    • 22/02/2015 à 00:43
      Permalink

      La dame ici a tenté de faire un texte bien personnel qui exprime sa propre vision des choses. Je ne pense pas qu’il s’agisse ici d’adhérer nécessairement aux propos si nous sommes dans une situation semblable à la sienne.

      Répondre
  • 20/02/2015 à 17:13
    Permalink

    Wow. On dirait moi, mais en 10 ans de plus. Je sais que la différence d’âge fait une différence dans le vécu, mais bon je peux au moins te dire qu’on est deux! 😉 Toujours un peu moins difficile de savoir qu’on est pas seuls hen? eheh

    Sérieux je me reconnais x 375309 dans ce texte. C’est fou.

    Répondre
    • 20/02/2015 à 20:55
      Permalink

      Bon bien on est 3 😉 C’est vrai que j’ai l’impression qu’il ne reste que des restants mais quand je regarde tous ces couples autour de moi dans la plupart des cas je me dis que je suis mieux seule, ceux que j’envie sont une minorité. Tellement ”s’endurent” juste pour ne pas être seuls.

      Répondre
  • 20/02/2015 à 17:41
    Permalink

    totalement vrai ! J aurais pu l écrire moi même

    Répondre
  • 20/02/2015 à 18:23
    Permalink

    Je suis à l’aube de la cinquantaine et après 12 ans de veuvage je me sens comme ça aussi!

    Répondre
  • 20/02/2015 à 19:12
    Permalink

    Début trentaine, je suis dans la même situation. À l’exeption que je n’y croit plus. Aucun espoir et aucune attente. Après 12 ans à me faire mettre de côté pour n’importe quoi je tire ma révérence face à une vie amoureuse! Négatif pour la plupart, soulagement pour moi! Finit le stress de souhaiter plaire! 😉

    Répondre
    • 21/02/2015 à 21:14
      Permalink

      J’ai 35. J’ai partiellement atteint la même conclusion. Je me suis fait mettre de cote plus souvent qu’a mon tour… Puis, plus le temps avance, plus ca ressemble effectivement a un 27 decembre…

      Répondre
  • 20/02/2015 à 19:24
    Permalink

    C’est comme si quelqu’un avait écrit sur ma vie, mon histoire, mon calvaire de célibat!
    Un restant, c’est exactement ce que les gens perçoivent de moi et moi, je suis, comme toi, belle, bonne job, indépendante, pleine de belles qualités, et rien de bouge! Que des gars brisés dans ma vie depuis 10 ans, et j’en ai mare. Tellement mare que je n’ai même plus le goût de faire d’efforts! En espérant que le printemps me donnera un peu plus d’énergie pour essayer de nouveau! Merci d’avoir écrit ce texte, au moins, je ne me sens plus toute seule…

    Répondre
  • 21/02/2015 à 00:15
    Permalink

    Le sentiment d’ètre un restant est si réel et on sais bien qu’il y a pleins de bons hommes encore cest juste que la vibration n’est pas là!!!

    Répondre
  • 21/02/2015 à 09:37
    Permalink

    Je suis totalement d’accord, je me sens pareil !!

    Répondre
  • 22/02/2015 à 00:57
    Permalink

    Je viens de mettre fin à 6 années de vie de couple, j’ai 34 ans. Avant, j’étais avec quelqu’un durant 7 ans. Je n’ai pas souvent été seule dans ma vie. Pour la première fois, je me retrouve avec moi-même et je réévalue ces relations longues et stables que j’ai eu et qui ont fait l’envie de bien des gens.
    Je ne regrette rien, mais je réalise que la relation “conte de fée” est plutôt illusoire. J’ai été bien dans ces couples, mais jamais à la hauteur de mes rêves et espérances.
    Est-ce que je les ai prises pour acquis? Me suis-je contentée? Non, je ne crois pas, j’ai sérieusement cru à divers moments de ces relations que j’étais avec l’homme de ma vie.
    Ce que je réalise toutefois, c’est qu’on s’oublie toujours un peu en quelque part en relation. Mon but, mon projet deviennent NOS buts, NOS projets. J’en ai mis plusieurs de côté parce que je savais qu’ils n’étaient pas compatibles avec une vie de couple stable (Ex: déménager à l’étranger quand l’autre ne veut rien savoir de ça).
    Les feux d’artifices, les papillons ça dure un temps. Certes, il y a la complicité qui se développe, la sécurité, le doux sentiment que quelqu’un nous attend à la maison.
    Pour la première fois de ma vie, je me sens libre d’être ce que je suis, avec tous mes rêves, buts et projets, aucune contrainte. Le chum parfait qui nous convient en tout point, avec qui nous partageons toutes nos passions et intérêts, il n’existe pas. Je ne dis pas que je ne serai plus jamais en couple, mais je sais que ça risque d’être long avant que j’y sois prête.

    Je peux comprendre qu’un célibat qui s’étire sur des années peut devenir blasant et éreintant à la longue. D’autant plus qu’il vient souvent avec une pensée erronée de n’être assez bien pour personne. Mais ce que j’ai envie de vous dire, c’est qu’être seule, c’est une occasion en or de combler nos rêves et nos envies, de réellement les poursuivre sans contraintes.

    Soyez heureuse avec vous-même, savourez votre vie à votre image et embrassez là totalement. Si le bonheur n’y est pas, changez y, vous n’avez pas de contraintes et entièrement le contrôle.

    Ensuite soyez sans crainte, l’amour viendra.
    xx

    Répondre
  • 23/02/2015 à 11:09
    Permalink

    Je comprends ton sentiment. Je me suis déjà sentie comme ça. Je pense qu’en vieillissant, on a moins de candidats pour deux raisons.

    1. On est plus sélectif et on a moins de “patience” par rapport à ce qui fait ou non notre affaire.

    2. Il y a des moments où oui, tout le monde semble en couple, du moins, ceux qui sont intéressants. La bonne nouvelle (ou la triste réalité – c’est selon)? Les couples ne durent plus 😉 Alors forcément, le “marché” s’ouvrira de nouveau un jour.

    Finalement, peut-être que parfois, on a l’impression de se retrouver face à des tablettes vides un 27 décembre mais ça arrive qu’en cherchant un peu dans lesdites tablettes, on trouve une boîte cachée un peu plus loin, ou un peu plus basse que personne n’avait encore remarquée… Tu n’es pas un reste. Garde la tête haute. Ne baisse surtout pas les yeux, on ne sait jamais 🙂

    Répondre
  • 23/02/2015 à 11:50
    Permalink

    Étrange! À part Annie, toutes les femmes qui ont commenté se sentent des restants et semblent voir les hommes célibataires de leur âge comme des restants également: serait-ce la raison pour laquelle j’ai tant de difficulté d’avoir une réponse positive sur les sites de rencontre? Si les hommes de mon âge se sentent eux aussi comme des restants, voient-ils les femmes de leur âge comme des restants? Si j’ai raison, est-ce que ça pourrait expliquer pourquoi personne ne semble vouloir rencontrer, même quand ils s’inscrivent sur les sites de rencontre?

    SVP, faites que je me trompe!

    Répondre
    • 26/02/2015 à 13:52
      Permalink

      Début cinquantaine , je me reconnais beaucoup dans ce récit , mais non , je ne me considère pas comme un restant…ok , j’avoue que ça m’est déjà passé par la tête , quand j’avais le moral dans les talons…Serait-ce la peur d’être blessée ou d’avoir mal qui nous met des brakes ? Peut-être , mais qui risque rien n’a rien….donc j’essaye de retenir plutôt la phrase suivante : “Refuser d’aimer par peur de souffrir , c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.” Et pour répondre à ta question Sylvain , pourquoi tu ne reçois pas de réponse par les personnes “inscrites” sur les sites de rencontre…je dois faire un mea culpa ….je me suis déjà inscrite moi-même , j’ai trouvé des “fiches” fort intéressantes mais à chaque fois , la “chienne” me pognais avant de “cliquer” pour envoyer un message…mais essayer de retirer ta fiche de ces sites………..oufffffffffff faut être un génie de l’informatique je pense. J’ai abandonné le projet. C’est peut-être une partie de la réponse…Ce n’est pas fait pour moi …je suis trop “chicken” . Il n’y a pas de solution miracle, il faut parfois sortir de sa zone de confort, et surtout prendre des risques , faire les premiers pas…ne pas baisser les bras au premier refus. Et non , les hommes de tous âges ne sont pas des restants !!! Il faut avoir l’esprit ouvert et ne pas croire au conte de fées . L’homme ou la femme idéale n’existe pas .

      Répondre
  • 24/02/2015 à 13:20
    Permalink

    C’est quoi cette histoire de restants? Ben voyons donc! Des hommes libres intéressants dans la cinquantaine et plus, il y en a mais ils ont un vaste choix de partenaires. Un choix plus vaste que celui des femmes de cet âge, c’est vrai. Il est plausible qu’ils se dirigent vers des femmes plus jeunes, pourquoi pas? Et vous devriez faire la même chose. Dans la trentaine, il y a beaucoup d’hommes libres et certains non seulement ne dédaignent pas les femmes matures, mais sont attirés par elles. Il faut élargir son champ de recherche et surtout. surtout, ne pas se considérer comme un restant mais bien comme un morceau de choix!

    Répondre
    • 25/02/2015 à 12:40
      Permalink

      @Une femme libre:
      Comme homme au début de la cinquantaine, je ne dois pas être normal. Bien que je trouve jolie les femmes dans la trentaine, je trouve les femmes de mon âge plutôt jolies elles aussi. Peut-être est-ce une question de morale personnelle, mais il me semble que je me sentirais plus à l’aise avec une femme de mon âge que dans la trentaine.

      Répondre
  • 27/02/2015 à 16:19
    Permalink

    Excellent votre message et tout à fait honnête. Les relations sont difficiles car probablement, les gens y entrent ou les recherchent selon ce que la société nous a conditionné à croire.

    L’habitude est d’entrer en relation en voulant obtenir quelque chose, voilà l’habitude apprise. Mais est-ce possible que la raison d’être des relations est d’apporter quelque chose ? De les utiliser afin d’apporter des états d’être et de les expérimenter ?

    En ayant à l’esprit de vouloir quelque chose, alors on est déçu quand on n’a pas cela et alors commence les disputes.

    Trop de gens cherchent à combler leur solitude avec les autres, au lieu d’offrir de leur présence joyeuse à l’autre et ainsi créer du bien-être aux deux.

    Répondre
  • 08/06/2016 à 06:40
    Permalink

    Des restants?
    Je suis aussi un restant.
    Un restant d’un décès (je suis veuve)
    Puis un restant d’une séparation.Le restant d’un restant.
    Je suis un beau restant, encore assez frais.

    Un restant est quelque chose dont les autres n’ont pas voulu.
    Ça veut pas dire pour autant que l’on est immangeable, c’est plutôt que l’autre n’avait pas envie de nous, il avait envie d’autre chose. Comme du fast food…….un truc plus amusant, plus savoureux et peut-être pas tout a fait dans la catégorie de trucs santé.
    Mais j’avoue que plus le temps passe et plus les restants sont moins appétissants.
    🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.