Dans la danse des dépendances

Cette semaine, je partage le texte d’une lectrice qui était, comme plusieurs,  prise dans une relation avec quelqu’un ayant des dépendances. Ça m’est déjà arrivé aussi et c’est un piège dans lequel il est facile de tomber mais difficile de sortir.

On se dit que c’est pas si grave, on se dit qu’on va l’aider à s’en sortir… ou on devient soi-même accro. De la personne, de l’objet de sa dépedance ou des deux.

Attention danger. Voici donc le texte de celle qui est partie… et qui n’a jamais regretté!

*******

Mauvais feeling…

Une petite visite sur un site de rencontre… Je ne croyais pas vraiment aux sites de rencontres mais comme la plupart des gens, je me suis dis « Bah, pourquoi pas?! ». Au début j’ai reçu beaucoup trop de messages (c’est toute une gestion cette affaire là!!!).

Puis, parmi tout les messages, il y en a un qui a retenu mon attention… Nous avons commencé à échanger pratiquement chaque soirs durant 2 semaines. Puis il m’a invité à prendre un verre puis je me suis dis « Bah, pourquoi pas?! ». Donc, nous nous sommes donné rendez-vous au Shed Café (qui existait encore dans ce temps là). Dès que je l’ai vu, j’étais contente car il était comme sur sa photo (Fiou!!!!). Nous avons bu quelques bières et discuté de nos vies.

Sa situation était particulière, il agissait comme aidant naturel pour sa mère qui était en fin de vie. Il avait omit de m’en parler avant notre rencontre. Bon, quelqu’un qui quitte son boulot pour prendre soin d’un proche doit être quelqu’un de bien (!!!???). Nous avons tranquillement commencé à nous fréquenter malgré qu’il me disait qu’il ne voulait pas que je m’accroche à cause de sa situation de vie, mais je me disais « Bah, pourquoi pas?! ».

Puis, lors d’un vin fromage à la maison, il a rencontré mes amis proches. Ma meilleure amie qui me connaît depuis des années me suggère fortement de cesser de le voir, elle a un mauvais feeling… Je me dis qu’elle ne le connaît pas vraiment et qu’elle changera d’idée…

Après quelques mois, je tombe littéralement en amour, il me demande de déménager chez-lui et j’hésite pas deux secondes et je fais mes boites.

Plus la relation avance et moins je vois mes amis et ma famille car personne ne s’entend avec lui. Comme je suis en amour et aveuglé, je me dis que mes proches ont tord de pas l’apprécier. Après 1 an, sa mère décède et c’est là que la relation aurait dû se terminer mais je me suis dit « Il vit le deuil de sa mère, il va redevenir comme avant??!! ». Il a commencé à consommer drogue, alcool, etc. De mon côté, je ne suis pas mieux, je suis accro à lui « je l’aiiiiiiiiiiiiiiiiiime!!! ». Plus le temps passe et plus il consomme, moi je veux l’aider à s’en sortir mais plus j’essaie de l’aider et plus je plonge moi aussi. Ce n’est pas possible d’aider une personne dépendante si elle ne veut pas s’en sortir.

Après un deux ans, premier incident de violence conjugale. Jamais je n’aurais pensé être une victime de violence un jour… J’étais tellement naïve ou en amour à cet instant de ma vie que je me suis dit, il a consommé il n’est pas lui même

Je contacte ma meilleure amie à qui je n’ai pas parlé depuis plus d’un an… Lui raconte tout, je suis prête et bien motivé à le laisser. Mais le lendemain il pleure, il s’excuse, il est désolé et moi « je l’aiiiiiiiiiiiiiiime!!! ». Alors je lui pardonne tout. Et ma meilleure amie s’éloigne de moi encore plus…

Après 3 ans, j’ai fait une autre belle découverte, il a une nouvelle dépendance, il est joueur compulsif quand il consomme de l’alcool en grande quantité. J’essaie de l’aider une fois de plus, et une fois de plus je m’enfonce encore plus profond. Je me sens de plus en plus seule et je suis de plus en plus seule. Puis un beau matin, quand j’en ai eu vraiment assez, je suis parti avec mes sacs de poubelles de linge avec les larmes aux yeux laissant mon chien derrière moi!

Aujourd’hui, 3 ans après, je suis célibataire, je respire le bonheur, je vois ma meilleure amie souvent et nous sommes plus proches que jamais!

Bref, je suggère que tout le monde écoute ses proches quand il ont un mauvais feeling sur une fréquentation…

Les amis ou la famille c’est beaucoup plus important qu’une fréquentation!

La fille full heureuse!!!

 

*****

En effet, si votre famille et/ou vos amis prennent le bord ou vous mettent en garde, WARNING!!! Soyez à l’écoute de votre entourage et de votre petite voix!

Et vous, avez-vous déjà été dans une relation où les dépendances étaient la 5ième roue du carrosse?

 

Suivez-nous sur

Une pensée sur “Dans la danse des dépendances

  • 10/03/2017 à 22:17
    Permalink

    Voila un texte qui décrit une palette de couleurs qui peint ce moment.La version de un est souvent pas la version de l’autre:il faut en tenir compte.
    Les blessures de notre enfance enclenche souvent nos dépendences.
    D’une famille a l’autre les blessures sont souvent inconpréhensibles.
    les livre de psychologie nous devoile une theorie a appliquer mais celle siest rigide et categorise l’individu.une personne qui aime tellement et qui as vécus la blessure de l’abandon aimera tjrs a fond mais fera tout pour etre la mal aimer.meme si il aime il veux détruire tout car si relation existe il crois que ca ce terminera comme l’abandon de son père.
    Bref c’est asser complexe dans le texte elle parle de la mort de ca mere. cette mort est declencheur des excès et des non scences. le tourbillion dans l’enfer due a des blessures de l’enfence ma conception des femme vis a vis la projection qui m’as été donner. chaque choses a une raison et souvent nous somme victime des notre naissance.j’esseye du mieux que je peux de me pardonner pour tout : le démon m’as envahis et j’ai aimer ca. dans chaque homme ce cache le demon les injustice les drames et les stresses de la vie font de chaque personne ouvert a son eveil. je m’excuse du plus profond de moi pour la vie qui m’as été donner.de la a dire queje n’est que du mal serais de motoproclamer mort alors chercher la lumières dans chacun et dans vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.