C’est quoi… une vie amoureuse de marde?

ViedequoiParce que le livre sortira bientôt et que j’imagine que c’est à ce même moment que bien des gens découvriront “ma vie amoureuse de marde” mais qu’ils ne liront pas nécessairement un an de blogue  je me suis dit que ce serait un moment parfait pour se pencher sur la question à 1000$:

“Mais qu’est-ce que c’est exactement qu’une vie amoureuse de marde?”

On peut bien entendu avoir une vie amoureuse décevante, inexistante, platte, vide, triste à mourir mais de marde? Pourquoi de marde? C’est quoi l’affaire?

Tout d’abord, ça fait des années que je dis ça, on and off, selon si je suis en couple, si je suis en train de me faire chier (ou pleurer et/ou les deux ) en couple ou encore, si je suis  célibataire. Quand on me demandait “Pis, la vie amoureuse?” je répondais (trop) souvent :

“Ahhhhh! Parle-moi en pas, c’est d’la marde! Une vraie vie amoureuse de marde!”  D’où le nom. Appelons un chat un chat et la marde de la marde.

Et c’est quoi au juste? Ben… c’est comme avec tout le reste de la vie.

Je te donne un exemple. Et oui, là, je te tutoies parce que ça fait déjà au moins 8 fois que j’écris marde, je trouverais ça vraiment weird qu’on se vouvoient rendu à ce stade là.

Donc, supposons que tu te lèves en retard pour le travail, ça commence mal ta journée, right?

Admettons maintenant que tu te lèves en retard et que, quand tu t’apprêtes à boire ton café en vitesse, tu te rends compte qu’il n’y a plus de lait,  là, ça s’enligne pour être une longue journée. Mais si tu te lèves en retard et qu’il n’y a plus de lait, que t’as pas une paire de bobettes propres, que tu manques l’autobus et que tu arrives au travail et trouve une boîte sur ton bureau avec un post-it disant  “Vous avez 15 minutes pour libérer cet espace, rendez-vous ensuite au bureaux des Ressources humaines”, tu l’sais que ça va être une journée de marde.

Une vie amoureuse de marde c’est (et là j’y vais en vrac, j’en oublie, j’en refoule et j’en entrepose dans le déni)

– attendre après un appel ou un texto qui ne viendra jamais. Et, pire encore, avoir parfois,  la naïveté de demander à ta “date” si elle a perdu ton numéro, comme si on était en 1982, et t’humilier deux fois plus en te faisant répondre que non;

– trouver un gars vraiment de ton goût, avoir l’impression de connecter solidement avec lui, t’imaginer dans ses bras, dans ses draps et te rappeler que… c’est le mari d’une de tes bonnes amies;

– être dans une relation que tu sais être vraiment mauvaise pour toi mais rester quand même parce que tu t’accroches à ces 10 minutes de bonheur hebdomadaire qu’elle te procure. Dix  minutes sur 10 080;

– tomber sur un gars fantastique qui se contente de faire l’amour quand c’est le temps de changer la pile dans le détecteur de fumée, et encore…

toujours prendre le temps et le soin de te mettre belle (pas trop, juste assez!) pour chaque rendez-vous, en te disant  qu’on ne sait jamais quand ce sera le bon, alors qu’en fait c’est, plus souvent qu’autre chose, pas juste pas-le-bon-pantoute, mais aussi une enfilade de gars qui te posent des lapins, te font des commentaires malaisants, t’avouent être en couple, te font payer même pour eux, ou essaient de t’embrasser comme si tu fais partie de la table d’hôte.

– avoir entendu au moins 50 fois “Tu es une fille extraordinaire, mais..” ; (ce qui vient après tu ne sais plus, avec le temps tu t’es mise à crier Bla bla bla j’entend pas dans ta tête)

– avoir le don de tomber en amour avec quelqu’un qui dit qu’il n’est juste pas près à être dans une relation et mettre beaucoup trop de temps à comprendre que ça veut en fait dire qu’il n’est juste pas près à être dans une relation avec toi.

– tomber sur un transsexuel inachevé quand tu décides d’essayer de “dater’ des filles;

– recevoir tellement de messages nuls et décourageants via des sites de rencontre que tu songes sérieusement à t’épouser toi-même ou au moins à faire tes impôts en temps que conjointe de fait de ton vibrateur;

– te demander sérieusement si tu ne devrais pas renoncer à l’amour comme d’autres doivent renoncer au produits laitiers ou au gluten, vu que ça te rend vraiment de plus en mal et, qu’au moins  tu pourrais dire “Ah non, moi j’peux pas être en couple, j’suis intolérante à l’amour” et qu’on ferait des chichis pour t’accommoder;

– écrire un blogue un matin du mois d’août 2013 après une énième rupture,  juste pour avoir l’impression que ça sort un peu de toi, pour expier, pour respirer, pour pas virer complètement folle et ne pas te demander une seconde comment tu l’intituleras, écrire Ma vie amoureuse de marde comme on écrit À qui de droit, quasiment sans t’en rendre compte et…c’est ça.

C’est un peu ça une vie amoureuse de marde mais c’est aussi c’est se rendre compte qu’on est une méchante gang à espérer que dans la marde pousseront de jolie fleurs qui viendront camoufler les odeurs.

Alors voilà.10641299_10152762137650555_3982685162108053138_n

Aux nouveaux je dis, bienvenue!

Et aux autres, merci d’être encore là 🙂

VOUS avez été mes toutes premières fleurs et je ne l’oublierai pas.

 

 

Suivez-nous sur

3 pensées sur “C’est quoi… une vie amoureuse de marde?

  • 08/09/2014 à 07:57
    Permalink

    “- avoir entendu au moins 50 fois « Tu es une fille extraordinaire, mais.. » ; (ce qui vient après tu ne sais plus, avec le temps tu t’es mise à crier Bla bla bla j’entend pas dans ta tête)”

    Ça me fait penser aux deux réponses les plus positives (ou moins négatives?) que j’ai reçues suite à une demande de faire plus ample connaissance:
    -Vous avez l’air gentil
    -Vous avez l’air d’un bon monsieur
    Mais ni l’une ni l’autre n’ont voulu me rencontrer. Vive le fameux “Mais”, autant d’un côté que de l’autre!

    Répondre
  • 08/09/2014 à 19:53
    Permalink

    -se dire que les plans cul c’est fini si on veut se faire respecter/trouver l’âme sœur….y retourner quand même…ne pas se faire respecter ou du moins rappeler comme prévu..
    -envoyer le texto de trop (même pas bourée) alors que c’était pas trop mal parti, ne jamais se faire rappeler ..comme prévu
    la liste est longue putain!!!!

    Répondre
  • 09/09/2014 à 21:20
    Permalink

    Il n’est pas près… ce qui veut dire qu’il est loin de vouloir s’ investir, où qu’il habite à Ouagadougou (et dieu sait qu’il y en a!) … Ou, il n’est pas prêt… ce qui veut dire, qu’il est loin de vouloir s’ investir, même s’ il habite à Terrebonne!
    Dans les deux cas, le français me fait suer!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.