Je suis tannée de me faire baiser

par Collaboratrice de Marde

 

Cette semaine, je préparais un article humoristique sur le sexe. Je l’avais même intitulé : « Fuck it ou les 10 raisons qui confirment que tu te fais baiser ». Je voulais vous faire rire en exposant la différence entre le sexe pour le sexe et le sexe amoureux. En fait, plus précisément, de la tendance à la disparition du sexe amoureux au profit du sexe pour le sexe ou aussi appelé : la baise. Et ce même au sein du couple sain! Eh oui, apparemment que même en couple, en 2017, faire l’amour devient de plus en plus rare. Je n’imagine même pas pour les célibataires… Attention, pas que les couples pratiquent principalement l’abstinence, mais bien que le sexe amoureux soit devenu une denrée rare de nos jours. Arrrffff…. Cette espèce en voie de disparition mérite clairement un « Go fund me » : sauvons le sexe amoureux! (Cela ferait indubitablement un beau t-shirt…). Mais après les évènements qui se sont succédé rapidement depuis le milieu de la semaine dernière, avec la vague de dénonciations d’harcèlement/agressions sexuelles dans le milieu artistique, je n’ai pas été capable de le poursuivre. Je n’ai pas été capable d’écrire sur un ton humoristique. Je n’ai pas réussi à faire autre chose que ceci…

Au début de ma relation avec mon amoureux (aka le God-Damn-Minator, pour ceux qui ont lu « Du nucléaire dans ta monoparentalité »), nous parlions beaucoup de nos visions de la vie amoureuse et de la façon dont l’amour est opéré par nos paires générationnelles. Après avoir disséqué la grenouille plutôt que l’avoir embrassée, j’ai fait un choix, celui de faire confiance, celui de m’assumer comme femme dans mes besoins et convictions. C’est alors qu’environ au 4e soir de notre histoire, il m’a demandé, ce qu’il pourrait faire pour me faire plaisir, sans doute dans sa quête d’apprendre à me connaître.

 » J’aimerais ça que tu fasses l’amour avec moi…
– Te faire l’amour han? Je pense que je peux faire ça! (Rire du gars surpris ET je crois, satisfait de ma réponse, mais un peu touché aussi…)
– Oui, me faire l’amour, c’est ça que j’aimerais… Je ne me souviens plus trop quand est la dernière fois qu’on m’a fait l’amour dans la dernière décennie… Je suis tannée de me faire baiser. »

 

J’avais préparé toute une analyse et explication afin de justifier ma demande de « fille », parce que j’avais peur qu’il me trouve un peu « plate », mais comme il a compris tout de suite, sans que j’ai besoin d’en dire plus, c’est à vous que je vais l’exposer aujourd’hui. Parce que beaucoup m’écrivent à ce sujet, parce que j’ai aussi vécu des situations semblables dans mon passé, parce que peu osent le dire par peur d’être rejetées, pour se sentir à la hauteur, mais aussi parce que cela semble être devenu aussi normal que d’ouvrir ses notifications avant d’embrasser son partenaire le matin.

Vous commencez à me connaître, je vais être assez claire alors attention aux âmes sensibles!

Le sexe amoureux est essentiel à la complicité et à la pérennité de l’amour, mais aussi au sentiment d’être aimée, d’être respectée, d’être la propriétaire de notre corps. Donc, pour s’aimer (notre partenaire, mais aussi nous-mêmes) longtemps, il faut faire l’amour souvent. Je vois déjà plein de mecs donner des coups de coude à leurs copines ou les tagguer, mais attention, il faut lire en entier. J’ai bien dit faire l’amour! Faire du sexe, c’est important aussi, ça aide à la complicité, à passer par-dessus les tabous, à s’assumer avec l’autre dans nos fantasmes. Cependant, faire l’amour c’est encore plus important. Malheureusement, en 2017, faire l’amour en amour c’est de moins en moins fréquent. Est-ce parce qu’à force de vivre trop d’histoires d’amour, on arrive plus à être vraiment amoureux? Est-ce que l’accès facile à la porn dépeint sur nos vies sexuelles? Est-ce à cause de la société de consommation amoureuse? Est-ce parce que l’on fait tout rapidement et surtout individuellement? Je n’en ai aucune idée, je ne suis ni sociologue ni sexologue. Mais ce que je sais, c’est que quand on aime, quand on respecte, quand on prend soin, ça se traduit dans notre sexualité. Alors, pour moi, la différence entre faire l’amour et baiser se retrouve dans tous les petits gestes qui entourent le sexe brut.

Peut-être penserez-vous : « Ouais bah t’es une fille, tu as grandi avec Cendrillon et la Petite Sirène, cela a tout biaisé ta perception bla bla bla… ». Oui, c’est vrai que j’ai une conception romantique de l’amour et qu’il est arrivé (souvent) que je me sente comme une princesse déchue, voire pire encore. Cependant, je répondrai aux gens qui expliquent les attentes de sexe romantique par la surconsommation d’histoires d’amour par les filles dès leur très jeune âge ceci : peut-être que les films d’amour et autres produits « romantico-quétaines » forgent des attentes irréalistes chez certaines personnes. Cependant, je pense que cela va dans les deux sens… Eh oui, quand certains mecs regardent un film XXX dans lequel Katsuni se fait déverser des litres de fertilité en plein visage en ayant l’air goulument en eXXXtase et que cela les eXXXcite, alors ils doivent savoir que cela aussi teinte leurs attentes (et leurs actions!). Ils doivent aussi savoir que leur blondes/fréquentations/dates tentent de leur démontrer beaucoup d’amour lorsqu’elles se prêtent au jeu! Parce qu’elles le font pour leur plaisir. Parce qu’elles ont peur d’être remplaçables. Parce qu’elles ne veulent pas qu’ils les trouvent « plates ». Parce qu’elles sont amoureuses ou cherchent l’amour. Parce qu’elles ne veulent pas perdre leurs mecs au profit d’autres filles plus généreuses, en apparence.

Elles l’acceptent sans trop réfléchir, mais assurément par pression. Pression même si elles sont en couple ou fréquentent de bons gars, même si leurs partenaires ne la forcent pas, même quand elles savent qu’elles sont aimées. Elles ont la pression d’une société dans laquelle tout est accessible rapidement, dans laquelle toute personne est remplaçable immédiatement, dans laquelle l’amour n’est ni inconditionnel et trop superficiel. « Il y a tellement de filles qui aiment ça se faire faire ça! Pour vrai! » que j’entends souvent de la part d’amis célibataires qui semblent ignorer qu’une fille accepte ce genre de chose pour être aimée, ou parce que rien d’autre lui est offert au point qu’elle normalise et banalise la situation. Parce qu’elle ne veut pas se faire « balayer vers la gauche ». Alors dans tous les cas, pendant que la copine de ces gars-là rêve de se faire faire l’amour comme le fait Ryan Goseling dans The Note Book, eux rêvent de la baiser comme Ron Jeremy.

Houston, nous avons un problème!
Et ne va pas penser que les filles n’aiment pas baiser. Ce que je dis, c’est qu’en ce moment, pour beaucoup d’humains de notre ère, les sentiments semblent être de plus en plus extirpés de la sexualité et c’est désastreux. C’est aussi désastreux que l’on en vienne à croire que des femmes puissent trouver normal de se faire prendre pour un « Scott Towel » super absorbant (merci à ma collaboratrice de Québec pour l’expression.), que l’on puisse penser qu’elles aiment se faire faire venir dessus (trop souvent), qu’elles aiment se faire prendre QUE par derrière, qu’elles aiment que les préliminaires ne soient que génitaux, qu’elles aiment qu’après le sexe on leur donne un kleenex pour qu’elles s’essuient plutôt qu’un moment d’affection pourtant si important pour ne pas se sentir comme une machine distributrice à orgasmes. De penser qu’elles aiment, une fois essuyées, se retrouver seules ou avec quelqu’un qui dort loin d’elles à leurs côtés. Parce que tout ceci, même lorsque cela se passe avec une personne aimée, eh bien cela fait sentir utilisée.

via GIPHY

Que voulez-vous, je trouve ça beau moi, deux âmes qui s’aiment et qui se le disent dans un magnifique film muet sous les draps un dimanche matin. Du moins sans les « shit », « fuck » et «nasty » trop souvent utilisés de nos jours avec une claque sur une fesse en guise de reconnaissance. En fait, je trouve surtout important d’entrer dans le désir de l’autre, à tour de rôle, selon le contexte… Une petite vite du matin dans la douche avant d’aller bosser ou sur le carrelage en guise d’entrée avant de recevoir une horde d’invités, ça contribue à passer une belle journée, ça augmente le désir, ça crée une proximité, ça soulage les tensions et c’est sain… Ce qui l’est moins, c’est lorsque la majorité de tes relations sexuelles répondent aux critères d’un film intitulé : « Aliche  au pays des merveilles» ou Dirty with big tits vol.69. Mais malheureusement, c’est trop souvent le cas aujourd’hui.

Ce qui est aussi inadmissible, c’est que l’on puisse avoir peur de le dire à nos amoureux/fréquentations/peu importe comment vous l’appelez. De leur dire qu’être une mascotte de Sponge Towell, ça ne nous plait pas tant ça. Que de se faire prendre par-derrière en se faisant tirer les cheveux ça nous fait sentir comme une fille de joie qui n’en ressent pourtant pas beaucoup de la joie. Qu’au lieu de se faire coller après vous avoir donné un accès illimité à notre féminité et notre corps, on se sent jetée quand vous partez vaquer à votre vie. Lorsque du cadre de la porte, quand vous nous lancez une débarbouillette mouillée afin que l’on ne soit pas toute collée par votre fertilité, ça ne nous rend pas heureuse.

Je sais que vous nous voyez sourire et vous dire merci pour la débarbouillette. On ne dit rien, parce qu’on vous aime, parce qu’on veut vous garder, parce qu’on veut être à la hauteur de ce que la société de consommation humaine a décidé, parce qu’on veut être aimées, parce qu’on veut vous plaire, parce qu’on en est venue à croire que l’amour c’était ça. Mais l’amour ce n’est pas ça et c’est à 37 ans que j’ai choisi de ne plus avoir peur de le dire : je suis tannée de me faire baiser!

 

Suivez-nous sur

16 pensées sur “Je suis tannée de me faire baiser

  • 23/10/2017 à 17:25
    Permalink

    Et si elle était là, la peur de l’engagement? Pas la peur d’être en couple, mais la peur des sentiments. Avoir peur d’exprimer ce qu’on ressent au niveau des émotions, pas seulement au niveau de l’attirance physique.

    J’ai souvent l’impression que les personnes en couple ne savent pas la chance qu’elles ont et prennent l’autre pour acquis. Peut-être que ces gens (et les célibataires aussi) devraient écouter cette émission à Canal Vie,  » Mise à nu – le couple et l’ intimité ». Même si vous n’êtes pas prêts à faire ce qu’ ils font, ce que je retiens d’eux, C’est le respect des limites de leur comjoint(e).

    Répondre
  • 23/10/2017 à 22:29
    Permalink

    Une bien drôle d’époque à laquelle on vit. Mais il est faux de croire qu’uniquement les femmes se font traité comme des objets. Que seul les hommes sont hyper sexués et ne veulent ou plutôt ne connaissent que le style porno pratiqué dans ces films érotiques accessible au bout de nos doigts, à porté de nos téléphones. Que le manque de passion nous habite.

    Bien nombre d’histoires où j’ai cru avoir trouver une fille avec qui sa connectait, avec qui une chimie s’installait, tout ça en vain. Nombre de dates où simplement la fille voulait du sexe. Pas qu’on lui fasse l’amour là… Cette même fille qui sûrement hier se plaignait que les gars étaient tous des crosseurs, des trous duc. Nombre de fois où je me suis fait appeler aux petites heures de la nuit juste pour venir jouer à la lutte chez moi. T’sais des booty calls.

    Je dis ça car je suis un old schools. Un vrai bon gars, avec des valeurs. Je dis ça parce que j’ai hâte d’en trouver une avec qui ce ne sera pas qu’une histoire de cul. Celle qui va me faire sentir spéciale. Celle qui va être étendu sur mon chest, le lendemain matin tandis que je lui fais des frissons dans le dos toute une matinée de temps. Celle que je vais avoir envi de prendre soin. Mais ça semble rendu de la fiction que d’y croire, une utopie. Un ancien format de société, rendu désuet… Aujourd’hui, le monde à peur. Homme comme femme. On a peur de nos émotions. On a peur de s’ouvrir, car on l’a déjà fait et on s’est cassé la gueule. Alors on est tous devenu égoïste. On va assouvir nos bas instincts, point. On va flatter notre égo dans les conquêtes. On va offrir de la chair plutôt que notre âme. Ça fait moins mal un bleu sur une cuisse ou des grafignes dans le dos. Ça fait moins mal que de s’exposer à nu et de se faire dire non. La peur du refus, la peur de la vulnérabilité. Alors on se regarde le nombril et on oublie comment ça marche l’amour.

    Bref je tenais simplement à dire, que de notre côté, c’est pas mieux. On a des douchebags qui veulent juste du sexe, mais on a aussi des gens intègrent qui cherchent leurs muses.

    Répondre
    • 24/10/2017 à 06:37
      Permalink

      Merci Marc pour ton point de vue! Tu as raison, ça va dans les deux sens.

      Je crois que l’auteure ne souhaitait pas victimiser seulement les femmes, mais en étant elle-même femme, avec des collaboratrices femmes, il va de soi d’enligner le texte au féminin.

      Ton message donne de l’espoir. Savoir qu’il y a des personnes du sexe opposé qui ont les mêmes valeurs, les mêmes espérances. Ça prouve que ce n’est pas qu’une affaire de fille, le romantisme! 🙂

      Répondre
      • 26/10/2017 à 07:18
        Permalink

        Oui absolument! D’ailleurs sur FB j’ai écrit à la publication : « le texte est écrit si féminin parce qu’écrit par une femme, mais nous sommes conscientes que des hommes vivent cette réalité! » Tres beau commentaire Marc, merci!

        Répondre
    • 24/10/2017 à 10:09
      Permalink

      Je suis totalement d’accord avec toi. Je cherche aussi un homme en qui je pourrais avoir confiance et non celui qui me dit qui pense à son ex pendant qu’on baise. Je ne veux plus baiser, je veux faire l’amour. M’endormir dans les bras de mon homme et non qu’il parte 1 heure plus tard, jouer au hockey ou chercher ses enfants à l’école. C’est tellement devenu rare que je ne crois plus que ça puisse m’arriver et pourtant, je suis au milieu de la quarantaine. Le grand amour ça se choisit… Tout est devenu trop rapide aujourd’hui, trop banal, on s’assouvit et on s’en va. Je me demande si un jour, je finirai pas trouve MON HOMME en qui je pourrai avoir pleinement confiance et envers qui l’amour sera réciproque. Je le cherche celui avec qui je serai sur la même longueur de valeur et d’ondes….

      Répondre
  • 24/10/2017 à 05:59
    Permalink

    Whoa! Quel article… bullseye, solide!
    Félicitation d’avoir mis toutes ses pensées, sentiments et émotions dans une petites histoire.. que l’ont vit tout une moins au minimum et d’autres tout les jours!
    Milles fois merci

    Répondre
  • 24/10/2017 à 11:15
    Permalink

    J’adore, et il est temps que nous puissions en parler pour changer les choses et arrêter de faire des choix par peur de déplaire. Bel article 🙌

    Répondre
  • 24/10/2017 à 19:18
    Permalink

    J’aurais aimé écrire cet article. Je l’ai dit souvent à mon conjoint que j’étais tanné de baiser … que je voulais faire l’amour… et ça change pas… et on fait plus rien depuis des mois… je pense que je vais lui transférer votre article.

    Merci

    Répondre
    • 26/10/2017 à 07:20
      Permalink

      Je l’ai écrit pour toi. Toi la fille qui se sent comme ça. Bonne chance! Big Love xxx

      Répondre
  • 27/10/2017 à 09:41
    Permalink

    Je ne crois pas qu’il y a une façon de baiser ou de faire l’amour….
    Ce qui est important, est la façon dont toi tu te sens dans l’échange…!! Tout est question de perceptions… et de sensations…!! …en commençant par les notres..!!
    Ce n’est pas la vitesse, ou la façon dont l’acte est commis qui détermine, si tu te fais baiser ou si on te fait l’amour…..!!
    Ce n’est dont pas une question de se faire tirer les cheveux, face contre terre le cul ‘’din’’ airs qui détermine ou qualifie l’acte entre 2 personnes…!!
    C’est un moment de communication…, de partage…, d’intensité et de profondeur qui est primordial et essentiel..!! Si il n’y a pas ces éléments, le respect et confiance envers soi sont ébranlés dans un premier temps…!!
    S’il n’y a pas ces éléments au départ, peu importe si l’acte est avec ton chum ou non, peu importe même si l’acte est doux et même rempli d‘une certaine tendresse…, Tu te fais baiser..!!
    Il est essentiel d’être respectée et honnête, mais cela commence par soi.
    Peut-être est-ce l’âge qui me fait penser ainsi aujourd’hui… fait dire que 10 ans de différence peut amener plusieurs nuances… 😉 ….tout est question de communication et compréhension entre 2 êtres.., Non..?!
    Si ton cœur ne s’emballe pas alors que tu vis ces moments privilégiés, bien là, oui, on peut parler de baiser.. Mais si ton cœur se gongle de bonheur…si tes doutes se dissipent et t’amènent à voguer et apprécier cette intimité… Même s’il n’est pas encore ton amoureux… même s’il n’est qu’un ami… ces gestes peuvent être représentatifs de faire l’amour… et non pas de se faire baiser..!! …et ce même si tu te fais brasser d’un bord pis de l’autre…. 😉
    Car l’amour, c’est vouloir le plaisir de l’autre, mais cela ne se fait pas à sens unique…!! ..et moi, j’aime bien recevoir ou offrir une débarbouillette, pour moi, c’est un petit geste de tendresse et de gentillesse…pour encore faire plaisir à l’autre.. et qu’elle profite de l’extase sans se brusquer…avant que je ne revienne l’essuyer et me coller…
    Alors……Voilà… je tenais à clarifier cela…… Car OUI, TOUT est question de perceptions….. Vous ne trouvez pas…!?
    Se faire baiser, est l’état qu’on ressent… et ne qualifie pas nécessaire l’acte comme tel..!!
    Qui juge dans l’histoire….?? Souvent NOUS !! Nous sommes les pires juges envers nous-mêmes…!! Car se faire baiser dans le respect… moi je trouve ça bien bon…!! 😉
    V

    Répondre
  • 27/10/2017 à 21:28
    Permalink

    Quoi te dire….
    Dommage que ton objet du désir soit masculin. Il arrive, bien sur, qu’il y est de la baise entre femme mais…mmm… il y a aussi beaucoup d’autre chose franchement meilleur que ce que tu décris. Triste de constater que beaucoup de femmes cherchent de vrais échanges, dont toi, et ne trouve que l’inévitable débarbouillette ou le Scott Towell à leurs aspirations amoureuses, aux échanges vrais, à l’écoute, à la compréhension et aux besoins du corps qui reposent sur une communication qui dépasse le «T’aime ça, hein…» . Évidemment, j’attends le flot d’injures venant de ce lot de mecs qui pensent que sans attribut point de salut, mais je pense à toi sans te connaitre et je t’espère mieux….
    xoxox

    Répondre
  • 29/10/2017 à 14:35
    Permalink

    Avoir du sexe avec quelqu’un est devenu une performance.

    Répondre
    • 31/10/2017 à 16:28
      Permalink

      Et si le sexe était un privilège mutuel? Nous sommes chanceux quand nous pouvons vivre ce moment. Je veux un beau souvenir de tendresse, de complicité et d’affection.

      Répondre
  • 11/11/2017 à 21:44
    Permalink

    Quel texte « rejoignant »… Oui, ça vient me chercher, m’interpeller… Quoi faire afin de renverser la vapeur ? Cette vapeur qui rime avec « Wow ! C’était hot ! On se rappelle, ok ? » Ou encore « You’re the best sweetie ! À bientôt ! »
    Et si la solution, c’était juste de prendre le temps… Prendre le temps de prolonger la palpitante période des « fréquentations ». Cette fameuse période qui nous fait sentir mou comme de la guimauve… Prendre le temps de parler de ce qu’on veut vivre, de ce qu’on ne veut plus vivre. Prendre le temps d’écouter ce que l’autre recherche. Prendre le temps de flâner ensemble, de toucher la peau de l’autre, de s’imprégner de son odeur qui nous donne le goût de se coller à lui, à elle… Prendre le temps de fermer les yeux et d’accueillir cette bouche gourmande qui ne cherche qu’à nous déguster… Prendre le temps de se reconnecter à ses sens, à sa sensualité… Et mélanger le tout à une bonne dose d’intensité charnelle, quand on n’est plus en mesure d’offrir aucune résistance à l’appel des corps…
    Bref, le retour à nos sens rendraient peut-être la « baise » davantage humaine. En tout cas, pour ma part, je n’y verrais que du feu… 😉

    Répondre
  • 12/11/2017 à 13:50
    Permalink

    Je pense que la pornographie déteint sur nos vies sexuelles.
    On voit des trucs et on essaie de les reproduire dans notre intimité.
    Un peu comme le SM quand le roman Gray est sorti sur les tablettes, les ventes d’accessoires SM ont explosés dans les sex shop. Le SM est en vérité une déviance sexuelle.
    Sexe anal extrême, fisting …..
    La nouvelle tendance? S’introduire des trucs dans uretère (canal qui évacu l’urine)
    C’est hot en titi…on va se ramasser avec des panoplies d’infections.
    Les femmes fontaines? J’ai connu des mecs pour qui s’était un nouveau critère de sélection
    Toi? t’es tu une femme fontaine?
    non.
    Clic.
    Alors, oui on baise.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.