Du nucléaire dans ta monoparentalité

C’est aujourd’hui qu’on accueille la toute nouvelle collaboratrice de MVAMD Catherine Parent, dont voici le tout premier (mais certainement pas le dernier) texte!


par Catherine Parent

Collaboratrice de marde

 

Quand tu es une maman célibataire et que tu as un Doctorat honorifique ès « Désastres amoureux et autres déceptions sous le même thème », tu en viens à être complètement désillusionnée, voire un peu amère. L’amour tu n’y crois plus trop, comme pour le Père Noël et les crèmes anticellulite. Parfois, tu rechutes en regardant votre photo de famille qui n’est pas nucléaire. Tu ravales ton rêve atomique, parce que tu t’es choisie, parce que tu l’aimes comme mille milliards d’univers, lui. Tu remplaces tes soirées en amoureux inexistantes par des soupers de filles bien arrosés. Tu transferts ton besoin affectif sur Netflix devant des séries romantico-quétaines. Tu acceptes, tu assumes, tu es forte, tu ne veux pas laisser quiconque ébranler le petit temple de bonheur que tu as laborieusement construis pour votre duo. Mais parfois, le soir, après lui avoir donné son chat en peluche (qu’il ne faut surtout pas laver) et son bec Spiderman, tu aimerais aussi ça en avoir des becs de Spiderman.

Un jour, largué comme une bombe dans ta vie, tu rencontres LE GARS. Un « God-Damn-Minator » (déf. : n.m. Homme capable de faire fondre ton radiateur et péter ton échelle de Richter). Et ce gars-là, il n’a pas d’enfant. Pas même un petit de caché dans son passé de célibat qu’il a d’endurci. Assurément, tu te souviens Noël dernier chez Pierrette et Gilles à Sainte-Anne-de-la-Pérade où tu te fais trop questionner : « Mais pourquoi donc que tu ne te trouves pas un gentil-séparé-à-bédaine qui vit la même affaire que toi? De toute façon, les beaux gars célibataires ne veulent pas de ça! ». Un véritable syndrome Gilles de la Pierrette.

Sur tes gardes, tu vis tes débuts avec le « God-Damn-Minator » loin de ton univers, comme tu ne veux pas lui présenter n’importe quel abruti ou semi-chum-temps-partiel-à-statut-précaire. Tu ris, le sexe est bon, tu Netflix and chill plus en solo, le sexe est vraiment trop bon, tu passes des moments intenses, le sexe est vraiment atomique, tu développes une complicité vraie et tu tombes en amour avec le-gars-pas-de-bédaine-pas-d’enfant qui n’est ni abruti et que tu veux à temps plein.

Et tu paniques. Tu penses au Gilles de la Pierrette. Tu te dis que le syndrome a peut-être raison. Qu’un gars qui n’a pas d’enfant ne peut pas comprendre ta réalité et l’amour inconditionnel les deux mains dans le vomi. Que chez lui, il n’y en a pas de Lego psychopathes prêt à lui attaquer le pied à 3h du matin. D’avoir mal quand tu vois ton enfant pleurer…

Et si ça fonctionnait? Le God-Damn-Minator, est habitué de te voir les cheveux propres. Tu n’es pas folle, quand tu le vois, tu t’arranges! Mais au quotidien, tu le sais très bien que tu arbores un look mou et un « octopus bun », qui peut avoir plus d’un jour de vie sur ta tête! Qu’il t’arrive aussi d’avoir une crotte de nez de collée sur ton chandail, de devoir sortir de table pour essuyer un « Monsieur caca mou » et, qu’un week-end sur deux, tu ne pourras pas t’adonner à des ébats matinaux à 9h00, parce qu’à 9h00 ça fera déjà trois heures que tu seras debout avec ta pieuvre sur la tête et tes cernes qui pourraient laisser croire que tu es une fan finie du groupe Kiss. Et s’il ne s’entendait pas avec le centre de tes mille milliards d’univers? S’il désenchantait à force de se faire réveiller en pleine nuit par un « J’ai fait pipi au lit! » bien senti. Et s’il te quittait pour overdose de Pikachu? Bref, tu es en pleine névrose! Une bombe nucléaire vient d’être larguée dans ta monoparentalité.

Et si après avoir fait les choses comme il faut pour l’intégrer à votre vie, il restait là? Et si après avoir dû gérer une diarrhée violente dans le siège d’auto, il te faisait un regard de pigeon paniqué et riait avec toi? Et s’il te trouvait belle, ton « God-Damn-Minator » avec ta pieuvre et ton muffin top post grossesse? Et si tu le surprenais à échanger des « Je t’aime » avec ton univers. Qu’il te prêtait lui-même son linge mou. Et si ça fonctionnait pour vrai?

Alors, tu comprendrais que tu es assez spéciale pour qu’on soit amoureux de toi tel quel, dans ta situation, comme fille (souvent beaucoup trop forte). Et tu vas faire confiance à la vie et être heureuse, comme tu le mérites.

Tu vas rire aussi, en direction de Sainte-Anne-de-la-Pérade avec ton amoureux-sans-bédaine-sans-enfant et ton univers. Parce qu’au final, le bonheur n’a pas de situation, il n’y a que des personnes qui choisissent de le fabriquer à leur façon.

 

Suivez-nous sur

8 pensées sur “Du nucléaire dans ta monoparentalité

  • 28/07/2017 à 12:31
    Permalink

    Je sais que ce n’est pas le commentaire de l’auteure, mais combien de personnes pensent qu’un homme sans enfants ne peut pas s’adapter. Oubliez-vous qu’il y a eu des enfants dans l’entourage (cousins, cousines, collègues de travail, …) qui en ont eu et qu’ils ont été en contact avec des enfants.

    Nous aussi, par amour, on peut s’adapter à une situation nouvelle!

    Répondre
    • 31/07/2017 à 11:00
      Permalink

      Bonjour Sylvain! Effectivement c’est pour combattre certaines idées préconçues sur l chose que j’ai rédigé ce billet! Tu sais le maudît syndrome! Cependant, peu importe l’implication que quelqu’un (gars ou fille) a pu avoir avec les enfants des autres, quand on tombe dans le « real », le quotidien et l’éducation… le changement de mode de vie, ça demande beaucoup d’amour et d’adaptation! Mais comme tu l’as gentillement mentionné, quand tu aimes tout peut arriver!😉 Merci mille fois de nous lire et de prendre la peine de commenter!

      Répondre
  • 28/07/2017 à 22:55
    Permalink

    Je n’y crois plus. J’ai 58 ans, j’en fais 15 de moins, je suis mignonne.
    Mon dernier chum était un bizarroïde avec un trouble de personnalité. Il m’a vidée de mon énergie.

    Je ne veux plus souffrir.

    Bonne chance, les filles !

    Répondre
  • 29/07/2017 à 11:50
    Permalink

    Wow ! Ça me fait du bien de te lire toi 🙂 Croire en la vie, croire que tout est encore possible. Merci !
    Très beau texte, j’ai déjà hâte de voir le prochain.

    Répondre
  • 29/07/2017 à 20:41
    Permalink

    Je l’aime bien ton histoire mais je me demande….et puis, est-ce qu’il le veut de ton univers? Pcq mon « tsunami de positif », lui il en a pas voulu. Un an plus tard on en ressent encore les effets tellement c’était fort malgré que ce fut court. Ce n’est pas facile croire encore que tout est possible et pas juste du rêve et de l’illusion la vie de couple/famille monoparentale- reconstituée/vie de famille de mongole. Moi j’aimerais bien entendre une histoire avec fin heureuse mais réaliste et pas comme dans les contes de fée. 😉

    Répondre
    • 31/07/2017 à 10:54
      Permalink

      Bonjour Melanie! Pour te donner espoir, le God-Damn-Minator est bien réel et toujours bien présent dans nos vies 😉. Le chemin aura été laborieux pour le trouver, je comprends tellement ton point! Merci d’avoir pris le temps de commenter, c’est grâce à vous tous qu’on peut avancer!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.