Assume!

J’ai reçu ce texte il y a un moment mais c’est le genre qui ne prend pas une ride, voici donc les écrits d’une fan de la page qui a décidé de s’assumer!

Bonne lecture!

(Et pas de panique, la plume de votre collaboratrice de marde préférée sera de retour dès la semaine prochaine :))


 

J’ai réalisé que dans ma vie je prenais, lire perdais beaucoup trop de temps à analyser et suranalyser chaque événement, chacune de mes décisions et chacun de mes comportements. J’aimerais parfois ne pas avoir cette intelligence de toujours tout remettre en question. Comment on fait pour seulement vivre et ne pas ressentir ce tourbillon  intérieur quand tu te poses toujours des questions sur tout ? Et bien tranquillement j’essaie d’assumer et de respirer … (inspirer, expirer)

J’essaie d’assumer le fait que je ne peux pas tout contrôler et ce que je ne peux pas contrôler je dois le laisser aller. J’ai envie d’assumer. Ce n’est pas plus long que ça comme phrase et comme idée, mais assumer c’est tough. C’est parfois même crissement tough.

Voilà, j’ai envie d’assumer, assumer le fait que je ne suis pas parfaite; assumer que je peux parfois me tromper et ne pas faire les bons choix, ne pas choisir le bon chemin.; assumer que je vais encore m’aimer, me détester, me faire rire, pleurer, douter et que je ne serai pas dans la même vie toute ma vie avec les mêmes outils.

Assumer veut dire que tu es solidaire d’un acte, d’un état ou d’une situation et que tu en acceptes les conséquences. Assumer, c’est donc accepter. Si dernièrement j’ai commencé à m’accepter, alors je devrais logiquement commencer à m’assumer.

Nous sommes qui nous sommes. Ce qui a de plus déplorable dans ce processus par lequel on passe pour se sentir en vie, c’est que nous avons parfois  la fâcheuse habitude de se mettre au ballottage nous-mêmes, sans même se donner la chance de prendre le temps de se comprendre et de s’assumer.

Je dois assumer que parfois j’ai de la misère à assumer. Souvent, assumer c’est atteindre un sentiment ultime de lâcher-prise  « let it go ».

Fuck, c’est pas facile. À part la Reine des neiges, personne ne peut le faire aussi facilement.

Ça fait peur d’assumer, ça veut dire que tu te dis OK. C’est  OK  ce que j’ai fait, ce que j’ai pensé, c’est OK que j’ai dit. Il n’y a personne qui peut assumer pour toi, c’est à toi de le faire. Pis ce qui a de plus troublant, c’est que toi tu le sais à l’intérieur si tu assumes vraiment ou pas. C’est criss mais c’est comme ça.

Et qu’est ce qu’on fait une fois qu’on a assumé ? Est-ce qu’on gagne un prix ? J’ai la certitude que ce prix, justement, on doit se l’accorder à nous-mêmes en se respectant et en s’aimant. C’est triste vous me direz, mais il n’y a fucking personne de parfait. L’être humain est à la fois bien fait et mal fait, autrement dit, il peut parfois réagir de manière complètement inattendue et ne pas l’assumer ou assumer quelque chose de complètement inattendu.

 

Faut vraiment que j’assume de parfois mal assumer.

 

Isabelle Larivière

Suivez-nous sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.